Maine-et-Loire : un surveillant démissionne après avoir été identifié dans une vidéo Pornhub par des élèves

par A.S
Publié le 1 décembre 2023 à 11h50, mis à jour le 1 décembre 2023 à 11h56

Source : JT 20h Semaine

Des élèves du collège Trémolières de Cholet (Maine-et-Loire) ont reconnu il y a quelques jours l'un de leurs surveillants en plein ébat sexuel en vidéo sur le site pornographique Pornhub.
Alerté, le directeur de l'établissement a prévenu les parents et convoqué le suspect.
Le surveillant a reconnu les faits et démissionné.

L'affaire est embarrassante pour tout le monde. Il y a quelques jours, des élèves du collège Trémolières (Maine-et-Loire) ont découvert sur le site pornographique Pornhub une personne dont le visage leur était familier. Et pour cause, parmi les protagonistes en plein ébat sexuel figurait l'un des surveillants de leur établissement. 

Les faits se sont répandus comme une trainée de poudre dans le collège et le principal a été très rapidement prévenu. Il n'a pas tardé à prendre des mesures. Ce dernier a convoqué l'employé, arrivé depuis peu dans l'établissement. Face à son supérieur et confronté à ses ébats filmés, le surveillant a reconnu être l’un des protagonistes de l'une des vidéos du site et a préféré présenter sa démission dans la foulée.

"Vous comprendrez aisément la difficulté que peut avoir cette personne au sein de l’établissement, a commenté la direction du collège au quotidien Ouest-France. À partir du moment où elle reconnaît les faits. Et au-delà de cette reconnaissance de ces faits, c’est simplement pour elle une décision de se dire que c’est peut-être compliqué de travailler ou de rester au contact d’enfants".

Les parents mis au courant

Le principal a dû également faire une communication aux parents d'élèves pour leur exposer les faits.  Selon le message qui leur a été envoyé et que le quotidien Ouest-France a consulté, le principal leur explique avoir "pris connaissance qu’un certain nombre d’élèves du collège avait accédé au site pornographique Pornhub" et qu'ils y avaient vu l'un des surveillants. 

Une loi bientôt adoptée

Le 17 octobre 2023, l'Assemblée a largement approuvé en première lecture le projet de loi de régulation de l'espace numérique (SREN), qui promet de mieux lutter contre le cyberharcèlement, les arnaques sur internet, ou encore l'accessibilité des sites pornographiques aux mineurs.

Il avait déjà été approuvé à l'unanimité au Sénat le 5 juillet. La commission mixte paritaire au cours de laquelle sénateurs et députés tenteront de s'accorder sur une version commune pourrait se tenir en décembre.

Il donne notamment la possibilité à une autorité administrative de bloquer les sites pornographiques n'empêchant pas les mineurs d'accéder à leurs contenus ; il donne des devoirs de modération aux grandes plateformes de réseaux, sous peine de sanctions pécuniaires ; il crée une "peine de bannissement des réseaux sociaux" pour les cyberharceleurs, y compris pour des "provocations" à commettre certains délits.


A.S

Tout
TF1 Info