Projet d'attentat déjoué : huit suspects issus de l'ultra-droite présentés à un juge antiterroriste

La Rédaction de LCI
Publié le 21 octobre 2017 à 14h26, mis à jour le 21 octobre 2017 à 15h02
Projet d'attentat déjoué : huit suspects issus de l'ultra-droite présentés à un juge antiterroriste

Source : AFP

ENQUÊTE - Huit suspects, dont trois mineurs, vont être présentés à un juge d'instruction dans le cadre de l'enquête sur le groupe fondé par le militant d'ultra-droite Logan Alexandre Nisin, soupçonné d'avoir envisagé un attentat visant notamment des hommes politiques.

 Le parquet de Paris a indiqué ce samedi que huit suspects, parmi lesquels trois mineurs, vont être présentés à un juge d'instruction en vue de leur mise en examen pour "association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteintes aux personnes". 

Les enquêteurs souhaitent déterminer si ces personnes, âgés de 17 à 29 ans, avaient connaissance du projet d’attentat de Logan Alexandre Nisin, militant de l’ultra-droite, fondateur du groupe OAS, organisation qui projetait de "commettre des actions violentes aux contours imprécis", selon une source proche du dossier. Un nom reprenant l'acronyme de l’Organisation de l’armée secrète, groupe paramilitaire d'extrême droite responsable, au début des années 1960, d’une campagne d'attentats sanglants contre l’indépendance de l’Algérie. 

Lire aussi

La justice soupçonne les suspects d'être membres de l'OAS

Agé de 21 ans, Logan Alexandre Nisin, ex-militant de l’Action Française, une organisation royaliste, avait été interpellé le 28 juin à Vitrolles. Il avait ensuite été mis en examen début juillet et placé en détention provisoire dans le cadre d’une enquête ouverte pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Arrestation de militants d'ultra-droite : "des groupuscules avec lesquels nous n'avons rien à voir" (Nicolas Bay, FN)Source : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Plusieurs armes et un gilet pare-balles avaient été retrouvés à son domicile. Deux cibles potentielles seront identifiées : Jean-Luc Mélenchon et Christophe Castaner, mais aussi un restaurant indien et un marché aux puces de Marseille. 

Selon nos informations, il était également prévu de racketter des chefs d’entreprises afin de financer l’organisation et notamment des achats d’armes. Un véhicule avait été volé à cet effet.


La Rédaction de LCI

Tout
TF1 Info