Qui sont les deux journalistes soupçonnés d’avoir voulu faire chanter le roi du Maroc ?

Le service METRONEWS
Publié le 28 août 2015 à 17h12
Qui sont les deux journalistes soupçonnés d’avoir voulu faire chanter le roi du Maroc ?

PORTRAITS – Eric Laurent et Catherine Graciet ont été arrêtés jeudi, soupçonnés d'avoir fait chanter le roi du Maroc Mohammed VI en lui demandant trois millions d'euros contre la non-parution d'un livre à charge contre lui.

Leur arrestation a fait l’effet d’une petite bombe. Mais qui sont-ils exactement ? Jeudi, deux journalistes français, Eric Laurent et Catherine Graciet, co-auteurs en 2012 d’un livre très critique sur le roi du Maroc, ont été interpellés à Paris. Les journalistes sont soupçonnés d’avoir voulu extorquer de l’argent à Mohammed VI, le roi du Maroc - 3 millions d’euros - contre la non-publication d’une livre à charge contre le monarque.

Leur garde à vue a débuté jeudi après-midi et peut durer 48 heures au maximum, avec une éventuelle présentation au juge d’instruction en vue de leur mise en examen. Vendredi en début d’après-midi, les deux journalistes étaient toujours en garde à vue dans les locaux de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Eric Laurent

Âgé de 68 ans, Eric Laurent connait bien le Maroc. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le pays dont Mémoire d'un Roi, paru en 1993, sous forme d'interview avec l'ancien roi Hassan II, le père du roi actuel. Son livre Le roi prédateur publié en 2012, co-écrit avec Catherine Graciet, avait provoqué un scandale à Rabat, et pour cause : les deux journalistes y dénonçaient l’accaparement des richesses du pays par le monarque. Le jour de la sortie des bonnes feuilles de l’ouvrage dans le quotidien espagnol El Pais, ce dernier avait été interdit sur le territoire.

Le sexagénaire a également d’autres ouvrages à son actif, sans rapport avec le Maroc : La face cachée du pétrole, en 2006, Bush, l'Iran et la bombe, en 2007 ou encore La face cachée du 11 septembre, en 2004. Un livre sur les ambiguïtés américaines au lendemain des attentats, que le journaliste était venu défendre sur les plateaux télé, notamment celui de France 2 :

Âgé de 68 ans, ce journaliste spécialisé dans la politique internationale, a collaboré notamment avec Le Figaro et France Culture . Par ailleurs, il est le père de Samuel Laurent, un journaliste controversé autoproclamé spécialiste du djihadisme.

Contactées par metronews, les éditions du Seuil, qui ont publié Le roi prédateur, ont refusé de s’exprimer. Par téléphone, elles se sont justifiées d’un lapidaire : "Le service de presse ne prend pas les appels concernant ce monsieur. Nous n’avons aucun commentaire à faire".

Catherine Graciet

L’autre journaliste arrêté jeudi soir est Catherine Graciet, spécialiste du Maghreb et journaliste indépendante qui a travaillé notamment pour le Journal hebdomadaire, un hebdomadaire marocain qui a mis la clef sous la porte en 2010.

Elle a également écrit plusieurs livres d'enquête dont Sarkozy-Kadhafi, histoire secrète d'une trahison, paru en 2013. Un ouvrage dans lequel un ancien responsable politique libyen accrédite les accusations de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par le régime de Mouammar Kadhafi précise le Huffington Post . En 2009, elle a co-écrit avec Nicolas Beau La régente de Carthage: main basse sur la Tunisie. Un livre sur Leïla Trabelsi, épouse de l'ex-président tunisien Ben Ali.

A LIRE AUSSI >> Deux journalistes français ont-ils voulu faire chanter Mohammed VI, le roi du Maroc ?


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info