Rhône : un maire au tribunal pour des soirées arrosées avec des mineurs

Aurélie Sarrot
Publié le 14 juin 2022 à 18h54
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Martin Sotton, 33 ans, est convoqué ce jeudi 16 juin devant le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône, dans le cadre d’une procédure de plaider-coupable.
L'édile (Modem) de Thizy-les-Bourgs est poursuivi pour "provocation directe de mineurs à la consommation excessive d’alcool" et "complicité de conduite d’un véhicule sans permis".

Jeudi 16 juin, Martin Sotton, maire de Thizy-les-Bourgs, commune de 6 000 habitants à l’ouest du Rhône, est convoqué dans le cadre d’une procédure de plaider-coupable devant le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône.

L'élu du Modem, ex-assistant parlementaire de l’ancien sénateur et ministre de la Justice Michel Mercier, est poursuivi pour "provocation directe de mineurs à la consommation excessive d’alcool" et "complicité de conduite d’un véhicule sans permis". La justice lui reproche notamment, vidéos à l'appui, d'avoir passé des soirées arrosées en compagnie de mineurs placés en foyer et d'avoir laissé ces derniers conduire son véhicule. 

"Bourré la gueule au domicile du maire"

L'affaire a été révélée le 6 juin dernier dans Le Monde, à dix jours de la convocation devant la justice de cet élu, en poste depuis cinq ans. Quelques mois plus tôt, en février dernier, c'est un mineur de 16 ans qui avait alerté de la situation auprès de ses éducateurs du foyer. L'adolescent avait déclaré s'être "bourré la gueule au domicile du maire du village", avec deux autres amis, le 25 décembre 2021. Le jeune garçon leur avait d'ailleurs montré deux vidéos montrant deux adultes ivres, dont le maire de Thizy-les-Bourgs, des bouteilles devant eux. 

Le quotidien du soir précise que "les éducateurs savaient que l’édile avait connu les parents du mineur orphelin et pupille de la nation, qu’il prenait souvent de ses nouvelles et que l’adolescent pouvait jouer de cette relation pour se faire valoir".  Là, selon le jeune homme, la relation aurait pris une tout autre tournure, avec notamment "quelques gestes à connotation sexuelle, comme une main sur la cuisse ou une étreinte un peu insistante", rapporte le média.

L'adolescent ajoute que le maire était trop ivre pour les ramener et qu’un des trois mineurs a conduit "à toute allure" la voiture de ce dernier pour rentrer au foyer. Une fois sur place, les mineurs ont appelé les gendarmes, car l'élu était incapable de conduire. Cette information a été confirmée depuis par les gendarmes de la brigade de recherches de Villefranche-sur-Saône à qui l'enquête a été confiée.

Ivre, le maire s'endort sur le canapé du foyer

Deux jours après le réveillon de Noël, l'édile aurait remis le couvert pour une soirée du même genre. Cette fois, ça ne se passe pas à son domicile, comme le montrent les vidéos, mais dans les locaux du foyer de protection des mineurs. Le maire de la commune de 6150 habitants est entouré une nouvelle fois des trois mêmes jeunes que le 25 décembre. Là encore, sa consommation d'alcool est excessive et il finit endormi dans le canapé du foyer, pendant que deux des mineurs s'amusent dehors avec sa voiture. 

L'élu est finalement placé en garde à vue le 28 février. "Je ne me souviens plus trop des détails", aurait déclaré le maire aux enquêteurs selon Le Monde, avant d'assurer que le jeune adolescent était "un ami". 

Un peu plus d'un mois plus tard, début avril 2022, et alors que l'affaire avait commencé à s'ébruiter, Martin Sotton avait fait une déclaration sur le sujet en préambule du conseil municipal dédié au vote du budget. "Une enquête me visant est en cours et je suis très soucieux du secret de l’enquête, ainsi que du droit à la présomption d’innocence", a-t-il commencé. "J’ai participé à deux soirées avec des jeunes, avec de l’alcool. Je le regrette fortement et je veux présenter mes excuses pour les mauvais échos que cela a entraînés pour la commune", a-t-il affirmé, démentant le "caractère sexuel pendant ces soirées", selon les propos rapportés alors par Le Progrès.

"M. Sotton n'entend pas démissionner"

Malgré ces histoires, "M. Sotton n’entend pas démissionner", écrit Le Monde. "Concernant mes mandats locaux, je suis toujours mobilisé, avec mes adjoints, dans la mise en œuvre de mon programme, pour lequel les électeurs de la commune m’ont fait confiance pour près de 73 % d’entre eux", a-t-il assuré à nos confrères. 

Contacté à plusieurs reprises depuis le 6 juin par TF1info, Martin Sotton n'a pas répondu à nos demandes. À chaque tentative, sa secrétaire nous a indiqué qu'il "n'était pas en mairie". Quant à l'avocat de l'élu, Me Debiesse, également sollicité par nos soins, a déclaré ne pas avoir "de commentaire à faire". La suite se jouera jeudi prochain au tribunal pour l'élu. Quant aux mineurs, le "quotidien du soir" a écrit, le 6 juin dernier, que l'un d'eux a changé de foyer et qu'un autre est en fugue. 


Aurélie Sarrot

Tout
TF1 Info