Rodéos urbains, un phénomène hors de contrôle

Rodéos urbains : Gérald Darmanin dénonce des "actes criminels" et promet davantage de contrôles

Dylan VEERASAMY avec AFP
Publié le 8 août 2022 à 11h22, mis à jour le 17 août 2022 à 11h56
JT Perso

Source : TF1 Info

En déplacement à Marseille, ce lundi, le ministre de l’Intérieur a annoncé le renforcement des contrôles contre les rodéos urbains.
Gérald Darmanin a tenu à défendre son bilan dans la lute contre ces actes, qualifiés de "criminels".

Alors que les incidents liés aux rodéos urbains se multiplient en France, l’État a décidé de se montrer encore plus ferme face aux adeptes de cette pratique illégale et dangereuse.

Des "actes souvent criminels"

Lundi 8 août, le ministre de l’Intérieur et des Outre-Mer, Gérald Darmanin, a annoncé que les contrôles contre les adeptes des rodéos urbains seraient intensifiés, afin de lutter contre des actes "criminels qui viennent blesser très gravement des enfants". Une référence à l’incident tragique qui a touché deux enfants âgés de 10 et 11 ans à Pontoise, dans le Val-d’Oise, vendredi soir.

"Je veux dire que le gouvernement a la main extrêmement ferme contre, non pas ces rodéos urbains que l’on présente comme un mot positif, comme si c’était un spectacle, mais contre ces actes souvent criminels qui viennent tuer, qui viennent blesser très gravement des femmes, des enfants, on l’a vu encore très récemment dans le Val-d'Oise", a souligné le ministre lors d'une visite à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône.

Gérald Darmanin a tenu à rappeler sa politique de fermeté à l’encontre des adeptes du rodéo urbain, en évoquant les "8000 opérations par la police et la gendarmerie" en l’espace de deux mois sur le sol français. Des opérations qui seront désormais plus nombreuses, comme annoncé ce lundi : "J’ai demandé à la police et à la gendarmerie nationale pour ce mois d’août l’intensification de ces contrôles et je souhaite qu’il y ait 10.000 opérations de contrôle à partir d’aujourd'hui sur tout le territoire national pour lutter contre ces actes criminels de gens qui prennent la route pour leur route".

Lire aussi

Une loi de 2018 a renforcé la lutte contre ces "rodéos" motorisés et prévoit des peines pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison pour les auteurs de ces actes. Des sanctions que le ministre de l’Intérieur souhaite aggraver.


Dylan VEERASAMY avec AFP

Tout
TF1 Info