Rodéos urbains, un phénomène hors de contrôle

Rodéos urbains : quelles sanctions encourent les participants ?

Dylan VEERASAMY
Publié le 8 août 2022 à 12h32, mis à jour le 17 août 2022 à 11h52
JT Perso

Source : Les MATINS LCI

Pratique devenue récurrente, mais dangereuse, le rodéo urbain et ses adeptes sont dans le viseur des forces de l’ordre depuis plusieurs années.
La participation à ces rodéos "motorisés" est pourtant passible de sanctions pénales.

C’est un fléau qui touche l’ensemble de la France depuis plusieurs mois. Les rodéos urbains sévissent dans l’Hexagone et font de plus en plus de victimes, comme un jeune homme âgé de 19 ans, décédé en juin dernier à Rennes après avoir été percuté par un participant à moto. Plus récemment, deux enfants âgés de 10 et 11 ans ont été touchés par un motocross dans les rues de Pontoise. L’auteur des faits s’est rendu à la police quelques heures après les faits et risque désormais de lourdes sanctions pénales. Mais quelles sont-elles ?

Jusqu’à cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende

Les participants à un rodéo urbain encourent de lourdes sanctions en cas de poursuites judiciaires : près de 15.000 euros d’amendes, la perte de 6 points sur le permis de conduire, mais surtout une peine d’un an d’emprisonnement. Dans certains cas, le permis peut être suspendu pour une durée pouvant atteindre les trois ans, voire annulé définitivement. La confiscation du véhicule est également prévue par le Code de la route.

Les circonstances aggravantes, comme des blessures importantes, le décès des victimes ou la pratique du rodéo urbain en réunion, peuvent augmenter les peines encourues par les pratiquants. En cas de rodéo commis en groupe, la peine monte à deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amendes. Une peine encore plus importante en cas de conduite sans permis, sous substance illicite ou en état d’ivresse : jusqu’à trois ans de prison et 45.000 euros d’amendes sont prévus pour les auteurs des actes.

En cas de multiples circonstances aggravantes, les peines plafonds sont évidemment alourdies et les pratiquants de rodéos urbains risquent très gros : jusqu’à cinq années de prison et 75.000 euros d’amende.

Lire aussi

Pour rappel, le rodéo urbain, qui définit "un comportement compromettant délibérément la sécurité ou la tranquillité des usagers de la route", d’après le chapitre 6 de la proposition de loi renforçant la lutte contre les rodéos motorisés, est une infraction pénale depuis 2018.

Ce sont les manquements répétés aux règles de sécurité du code de la route, combinés à un trouble à l’ordre publique qui justifient la qualification d’un rodéo urbain.


Dylan VEERASAMY

Tout
TF1 Info