XV de France : Bastien Chalureau condamné en appel pour agression, le caractère raciste non retenu

Publié le 16 janvier 2024 à 14h40, mis à jour le 16 janvier 2024 à 15h10

Source : Sujet TF1 Info

Le deuxième ligne du XV de France, Bastien Chalureau, a été condamné, mardi 16 janvier, à six mois de prison avec sursis en appel pour des violences commises en 2020.
Le caractère raciste de l'agression n'a finalement pas été retenu par la court d'appel de Toulouse.
"Il n'est pas fier ce qu'il a fait, mais ce n'est pas raciste", a réagi l'avocat de l'international tricolore.

Il attendait fébrilement le verdict. Après avoir écopé en première instance de six mois de prison pour des faits de violence à caractère raciste, remontant à janvier 2020, Bastien Chalureau a vu, mardi 16 janvier, sa peine de six mois avec sursis pour violences aggravées être confirmée. Mais la cour d'appel de Toulouse a rejeté le caractère raciste. En l'absence de l'international tricolore de 31 ans, les faits ont été requalifiés en "violences en état d'ivresse". 

"Son honneur est lavé", a réagi son avocat, Me David Mendel, qui représentait le deuxième ligne de Montpellier, excusé car à l'entraînement. "La cour a mis le droit en adéquation avec les faits. Il n'est pas fier de ce qu'il a fait mais ce n'est pas un raciste. Le dossier a été respecté, il est relaxé de cette infamante circonstance aggravante. C'est la fin d'un calvaire de plusieurs années."

Je ne suis pas raciste
Bastien Chalureau, deuxième ligne du XV de France et de Montpellier

Jugé en appel le 14 novembre dernier, l'avant de 2,02m pour 118 kg contestait le caractère raciste de l'agression de deux anciens rugbymen, Yannick Larguet et Nassim Arif, le 31 janvier 2020, en fin de soirée, dans un parking souterrain. "On allait descendre dans le parking Jean-Jaurès (à Toulouse, ndlr). J'ai entendu une personne qui criait 'Ça va les bougnoules ?'. Je me suis retourné et j'ai aperçu un gars costaud. (...) Il continuait sans cesse ses insultes racistes. J'ai voulu me retourner et il m'a décroché un coup de poing de toutes ses forces dans la mâchoire", avait raconté dans les colonnes de La Dépêche du Midi Yannick Larguet. 

"J'étais dans le brouillard. Pendant ce temps-là, il a frappé mon copain (Nassim Arif). Il était hystérique, enragé", avait expliqué l'ancien joueur de Colomiers et Agen. "Je ne savais pas qui m'avait agressé mais ses amis l'appelaient 'Chalu'. Je l'ai reconnu (ensuite) sur le site internet du Stade toulousain."

Sans attendre son procès, il avait été mis à pied par son employeur toulousain. Le 3 novembre 2020, neuf mois après les faits, le tribunal correctionnel de Toulouse avait condamné Bastien Chalureau à six mois de prison avec sursis pour des "faits de violence (...) commis en raison de la race ou de l'ethnie de la victime". Inconnu du grand public à l'époque, il avait ensuite signé à Montpellier, où il s'est révélé au plus haut niveau, remportant le Challenge européen en 2021 et le Top 14 la saison suivante.

Ce passé judiciaire avait ressurgi dans les médias, début septembre 2023, à quelques jours du coup d'envoi du Mondial de rugby. Sa présence en Bleu avait suscité un tollé, l'ancien capitaine du XV tricolore, Thierry Dusautoir, affirmant même avoir "toujours eu un problème" avec le natif de Mondavezan. Ce dernier s'était défendu face à la presse juste avant le match d'ouverture. "Je ne suis pas raciste", avait-il assuré. S'il avait été maintenu dans le groupe France, il n'était finalement apparu que 31 petites minutes (27-12 contre l'Uruguay, le 14 septembre) avec le maillot frappé du Coq.


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info