L'épouse de l'ancien Premier ministre a présenté sa démission au maire de la commune de Solesmes (Sarthe), le 25 avril dernier.
C'est la conséquence directe de la confirmation par la Cour de cassation de sa condamnation dans l'affaire des emplois fictifs.
Son mari fera lui l'objet d'un nouveau procès concernant les peines prononcées à son encontre, ainsi que les dommages et intérêts.

C’est sans doute la fin de sa carrière en politique. Pénélope Fillon, 68 ans, épouse de l’ex-Premier ministre François Fillon, a démissionné le 25 avril de ses fonctions de conseillère municipales à Solesmes, indique à l’AFP Pascal Lelièvre, le maire de cette commune de la Sarthe, confirmant une information du Maine Libre.

Cette démission est la conséquence de la décision, la veille, de la Cour de cassation qui a confirmé la culpabilité des époux Fillon dans l’affaire des emplois fictifs qui avait contribué à l’élimination de François Fillon au premier tour de l’élection présidentielle de 2017, remportée par Emmanuel Macron.

"Elle ne loupait aucun conseil municipal"

La Cour de cassation a notamment maintenu la condamnation de Pénélope Fillon à deux ans d'emprisonnement avec sursis, 375.000 euros d'amende et deux ans d'inéligibilité. Une mesure qui oblige donc la Franco-britannique à quitter ses fonctions de conseillère municipale. "Elle regrette" de quitter ce poste "car elle était bien investie", assure Pascal Lelièvre. "Elle ne loupait aucun conseil municipal, elle participait à plusieurs commissions. C'est avec regret que je la vois partir." 

En 2017, la presse avait révélé que Pénélope Fillon et deux de ses enfants avaient bénéficié d'emplois fictifs, que son mari avait reçu un prêt de 50.000 euros non déclaré d'un ami et qu'il s'était fait offrir des costumes de luxe par un autre. François Fillon allait être condamné en 2020 à cinq ans d'emprisonnement dont deux ferme et trois avec sursis, une amende de 375.000 euros et dix ans d'inéligibilité. La peine d'emprisonnement avait été allégée en appel en 2022, tombant à quatre ans dont un ferme.

Le 24 avril, la Cour de cassation a annoncé que l'ancien candidat à la présidentielle était définitivement jugé coupable dans ce dossier, mais a ordonné un nouveau procès concernant les peines prononcées à son encontre, ainsi que les dommages et intérêts. La condamnation de Pénélope Fillon, allégée elle aussi en appel, a été pour sa part confirmée.


J.V.

Tout
TF1 Info