Saint-Brieuc : une séparation pourrait être à l'origine du meurtre de la fillette et de sa mère

par A.S
Publié le 24 janvier 2023 à 19h41
Saint-Brieuc : une séparation pourrait être à l'origine du meurtre de la fillette et de sa mère

Source : AFP

Les corps d'un homme, d'une femme et d'une fillette de 3 ans ont été découverts par la police dimanche dans un appartement de Saint-Brieuc.
Le père de famille aurait tiré sur sa femme et sa fille, ainsi que sur sa belle-mère, unique rescapée, avant de mettre fin à ses jours.
Une séparation pourrait être à l'origine du drame.

Face aux enquêteurs, son beau-père l'a décrit comme quelqu'un de "calme". Son collègue de travail a évoqué, de son côté, quelqu'un de "très gentil, très courtois et très réservé". Et les voisins ont assuré qu'ils n'avaient jamais entendu de dispute entre lui et sa compagne. Pourtant, dimanche dernier, dans un appartement situé dans un immeuble à l'écart du centre-ville de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), ce jeune homme de 24 ans aurait commis l'irréparable, tirant sur sa fillette de 3 ans, sa compagne, et sa belle-mère avant de mettre fin à ses jours. 

Intervenus vers 16 heures à la demande de riverains qui avaient entendu des tirs, les policiers ont découvert une femme grièvement blessée et trois corps inertes. "Dans la pièce principale, un homme gisait au sol, une carabine à proximité de son bras droit (arme non soumise à autorisation), la boite crânienne explosée par un tir d’arme à feu. Dans la cuisine, une femme était également décédée par arme à feu. Il s’agissait d’une femme de 22 ans, née à Saint-Brieuc, conjointe de l’individu découvert dans le salon.  Dans la chambre, une fillette âgée de 3 ans et demi était également découverte décédée, mortellement touchée au visage" a détaillé Nicolas Heitz ce mardi à l'occasion d'une conférence de presse. La seule survivante, grand-mère maternelle de la fillette, était grièvement blessée. 

Hospitalisée, celle-ci se trouve actuellement en réanimation. "Elle n’est pas audible et son témoignage, s’il est possible, sera évidemment déterminant", a souligné le magistrat 

Lire aussi

Pour l'heure, l'homme retrouvé mort dans l'appartement est considéré comme le principal suspect. Il aurait mis fin à ses jours après avoir tiré sur sa fille, sa belle-mère et sa femme.   

Les nombreux voisins entendus au lendemain du drame ont déclaré avoir entendu "entre 4 et 5 détonations dimanche après-midi, entrecoupés de cris d’un enfant puis d’une femme". Les autopsies ont permis d'établir que les tirs avaient été réalisés à bout touchant.  

"Les trois corps présentaient du plomb, en quantité, dans la boite crânienne. Des investigations techniques complémentaires sont en cours pour déterminer les distances exactes de tir et s’assurer que l’individu de sexe masculin en soit bien l’auteur" a ajouté le magistrat. Sept cartouches percutées avaient été découvertes sur places et sept munitions non percutées avaient aussi été retrouvées, dont cinq dans ses poches de pantalon. 

Elle voulait se séparer de lui

Concernant le mobile, une séparation pourrait être à l'origine de ce drame. "La jeune femme aurait rencontré sur les réseaux sociaux son futur mari en août 2016. Elle était mineure. Le couple s’était marié en 2019 en Tunisie", a détaillé Nicolas Heitz. 

En août 2018, elle avait déposé plainte pour des faits de "'menaces sous condition', plainte qu’elle retirait le mois suivant sans indiquer un quelconque auteur identifiable'." Puis en septembre 2020, elle s’était installé avec son mari dans cet appartement en septembre 2020, loué à une association à caractère social. 

Interrogé ce mardi par les enquêteurs, le père et grand-père des victimes, qui n’était pas dans la région le jour des faits, a déclaré que "tout allait bien dans ce couple" et qu'il n’a "jamais entendu sa fille se plaindre de violences". Les frères et sœur de la conjointe décédée les décrivaient comme un "couple normal entretenant des relations harmonieuses", avec "un mari réservé et ne paraissant pas violent"

"Un des frères et la sœur cadette de la victime indiquaient cependant qu’ils étaient en cours de séparation depuis mi-décembre.  Selon eux, c’est elle qui avait pris la décision de le quitter et elle était, depuis peu, revenue vivre avec son enfant chez ses parents.  Ils étaient en train de déménager. Les investigations tendent à démontrer qu’il résidait d’ailleurs tout seul dans un nouveau logement", a nuancé le procureur. Toutefois, le couple n’avait pas engagé de démarche officielle pour le divorce.

En situation régulière

Nicolas Heitz a indiqué que le suspect était né en Tunisie et qu'il était présent sur le territoire national depuis le début de l’année 2020. "Il était en situation régulière, bénéficiant d’une carte de résident valable jusqu’en 2031", a-t-il souligné. 

 Apprenti électricien, il était détenteur d'un permis de chasse. "Son casier judiciaire est vierge et aucune procédure le concernant n’a été retrouvée. Une demande a été formulée aux autorités tunisiennes afin de connaître ses éventuels antécédents judiciaires dans son pays d’origine", a conclu le magistrat. 

Les investigations se poursuivent. 


A.S

Tout
TF1 Info