Saint-Denis : intrusion "violente" de manifestants lors du Conseil municipal, le mairie porte plainte

La rédaction de LCI
Publié le 9 octobre 2020 à 9h13
Une cinquantaine de manifestants se sont introduits dans la salle et s'en sont pris à certains élus.

Une cinquantaine de manifestants se sont introduits dans la salle et s'en sont pris à certains élus.

Source : MATHIEU HANOTIN / TWITTER

VIOLENCES - Jeudi soir, le Conseil municipal a été interrompu, à Saint-Denis, après des échauffourées entre des dizaines de manifestants, qui ont envahi l'hémicycle, et certains élus. La municipalité a décidé de porter plainte.

Ils étaient "survoltés". Plusieurs dizaines de manifestants ont fait "violemment" intrusion jeudi 8 octobre au soir dans une réunion du Conseil municipal de Saint-Denis et agressé "physiquement" plusieurs élus, a indiqué la mairie dans un communiqué. "Le Conseil municipal de Saint-Denis vient de reprendre après avoir été violemment envahi", a tweeté Mathieu Hanotin, le maire PS élu en juin en ajoutant que la municipalité allait porter plainte "face à cette agression violente". 

"Inadmissible que ce lieu soit souillé"

Dans la soirée, une cinquantaine d'individus "survoltés", mêlant "des agents de la municipalité à des inconnus violents", ont envahi la salle du conseil municipal, selon le communiqué. "Opposés" à la réforme du temps de travail des agents municipaux mise en place par la mairie, ces manifestants, "qui ont refusé toute forme de dialogue", ont agressé physiquement et verbalement certains élus. "Trois d'entre eux ont notamment été bousculés et frappés", a affirmé la municipalité.

"Il est inadmissible que ce lieu soit souillé par les exactions de quelques extrémistes", a-t-elle souligné, rappelant que "l'hémicycle municipal et les débats qui s'y tiennent entre représentants du peuple sont des symboles de notre vie démocratique". Dans la foulée, Stéphane Troussel, le président PS du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, a apporté dans un tweet son "total soutien" aux élus de de la ville, "notamment ceux qui ont été bousculés ou frappés" par ces individus.

Lire aussi

Mercredi 7 octobre, une adjointe de Saint-Denis avait également été agressée verbalement et menacée physiquement lors d'une visite d'un espace jeunesse de la ville, a indiqué plus tôt jeudi la municipalité dans un communiqué.


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info