Oise : un élève handicapé lynché par des adolescents, une enquête ouverte

A.S
Publié le 5 octobre 2022 à 17h53
JT Perso

Source : TF1 Info

Lundi dernier, un élève en situation de handicap scolarisé au lycée Donation Robert et Nelly de Rothschild de Saint-Maximin (60)a été roué de coups par plusieurs adolescents.
Une enquête a été ouverte par le parquet de Senlis.
Les auteurs sont recherchés.

La vidéo de quelques secondes a été vue des milliers de fois depuis sa publication sur les réseaux sociaux mardi. Sur les images, un adolescent se fait lyncher par quatre autres jeunes garçons qui l'entourent. 

Encerclé, coincé par le grillage derrière lui, le jeune garçon prend des coups de pieds, des coups de poing, des coups de sacs à dos, avant que les agresseurs ne le laissent et ne prennent la fuite.  Les faits ont eu lieu lundi dans l'Oise. L'élève, scolarisé au Lycée professionnel Donation Robert et Nelly de Rothschild de Saint-Maximin, est en situation de handicap. "Une plainte a été déposée mardi et enquête a été ouverte", indique ce mercredi une source proche du dossier à TF1info. 

Vives réactions

Les images extrêmement violentes ont suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux, notamment de la part de l'extrême droite.  "Ces images sont insupportables ! Rudy, élève d’un lycée de #Creil (Oise), est harcelé et tabassé depuis des jours car handicapé.  @PapNdiaye, voici la priorité pour nos écoles, il est temps d’y remettre de l’ordre. Agissez ! #ProtégeonsNosEnfants", a tweeté Marion Maréchal. 

"Odieuses images de #Rudy, un élève d'un lycée de Creil, harcelé, tabassé depuis des jours parce qu'il est handicapé : 

@PapNdiaye, occupez-vous de ces enfants martyrs dans nos écoles ! On exige le retour de l'ordre !", écrit sur Twitter Gilbert Collard, président d'Alternative France.

"Rudy, lycéen de #Creil, harcelé et tabassé depuis des jours car handicapé.  Ces images sont scandaleuses, l'Éducation nationale ne fait rien... Les #racailles gangrènent nos lycées, il est temps de les mettre hors d'état de nuire !" a posté UNI Lycée, mouvement lycéen de droite.

Lire aussi

Vérifications et examens médico-légaux

Ce mercredi en fin d'après-midi, Loïc Abrial, procureur de Senlis, confirme l’ouverture d’une enquête de flagrance pour "violences aggravées le 4 octobre 2022 à la suite de la plainte d’un mineur de 16 ans, déposée mardi.

 "Le mineur, accompagné de sa mère, a indiqué aux enquêteurs avoir subi des violences de la part de plusieurs autres jeunes, à deux reprises, le 3 octobre 2022 à Saint-Maximim, à proximité de l’établissement scolaire où il suit sa scolarité. Il a précisé qu’il était atteint d’un handicap, élément qui selon lui était apparent et connu de ses agresseurs", précise le magistrat. 

La Brigade de recherches de Chantilly et la brigade territoriale de Chantilly sont saisies des investigations. "Les enquêteurs effectuent actuellement de nombreuses vérifications et la victime va faire l’objet d’un examen médico-légal pour déterminer la gravité de ses blessures. Le parquet a sans délai saisi l’association France Victimes 60 afin que le mineur et sa famille puissent bénéficier d’un accompagnement juridique et psychologique", ajoute le procureur.

Sollicité dès mercredi matin par TF1info, le rectorat de l'académie d'Amiens n'a pas souhaité s'exprimer, renvoyant à la communication du parquet. 

Jeudi finalement, il s'est décidé à faire une communication sur cette affaire. "Le rectorat condamne avec la plus grande fermeté l’agression dont a été victime lundi 3 octobre le jeune Rudy aux abords du lycée Donation de Rothschild de Saint-Maximin, où il est élève", peut-on lire dans le communiqué.  "La scolarité de cet élève en situation de handicap fait l’objet d’une grande attention et d’un suivi constant de la part des équipes de l’établissement depuis son arrivée l’an dernier. Elles l’ont toujours accompagné dans son parcours d’apprentissage et l’ont soutenu dans son intégration au lycée. Ils l’ont également accompagné ainsi que sa famille au cours des derniers jours et ont conseillé à cette dernière de porter plainte contre les agresseurs, dès qu’ils ont eu connaissance des faits", ajoute-t-il. 

Enfin, il indique qu'"en fonction de l’avancée de cette enquête, des procédures disciplinaires seront également engagées par l’établissement."


A.S

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info