Mercredi, un homme de 73 ans a tué son ex-compagne de 67 ans à Saint-Jean-d'Assé (Sarthe) avant de se donner la mort.
Le mis en cause avait été jugé pour harcèlement sur celle-ci en décembre et relaxé.
Le procureur avait fait appel de cette décision. Le dossier devait être examiné par la cour d’appel en septembre.

Ce sont les voisins du couple, séparé, qui, mercredi, ont appelé les secours. Au téléphone, ces habitants de Saint-Jean-d'Assé, commune de la Sarthe de moins de 2000 habitants, ont signalé qu’un homme venait de tirer avec une arme à feu sur son ex-conjointe, avant de se donner lui-même la mort en faisant usage de la même arme.

"Les faits se sont déroulés aux abords du domicile de la dame, qui s’apprêtait à rentrer chez elle. Des voisins étaient présents à cet endroit lors de ces tirs, et ont pu décrire le déroulement des faits aux gendarmes, immédiatement arrivés sur les lieux", indique ce jeudi la procureure de la République du Mans, Delphine Dewailly, dans un communiqué. 

Immédiatement, le groupement de gendarmerie de la Sarthe a ouvert une enquête du chef de meurtre avec préméditation, et a procédé à toutes les constatations et investigations. 

Faits de harcèlement en 2023

Selon les éléments transmis ce jour par le parquet du Mans, ce couple était "séparé depuis près de deux ans" et "avait déjà appelé l’attention des services".  

Au cours de l’été 2023, le septuagénaire avait été placé en garde à vue avant d'être déféré devant le procureur. Il avait été alors placé sous contrôle judiciaire jusqu’à son audience où il devait être jugé, pour des faits de harcèlement envers son ex-femme. 

En décembre 2023, le tribunal correctionnel du Mans avait relaxé l’intéressé du chef de la poursuite. Le Procureur avait fait appel de cette décision. Le dossier devait être examiné par la Cour d’Appel en septembre prochain.


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info