Un projet de visite du château de Versailles le 27 juin prochain a été proposé récemment à des prisonniers du centre de détention de Toul en Meurthe-et-Moselle.
La médiatisation de cet événement a provoqué la colère, notamment des policiers.
Ce jeudi, l'Administration pénitentiaire annonce à TF1info qu'"en raison de problème d'encadrement et de sécurité", le projet n'a pas été "poursuivi".

C'est une initiative qui n'a pas fait l'unanimité, notamment auprès des policiers qui ont crié au scandale. Mardi dernier, le site Actu78 révélait dans un article que des détenus de la prison de Toul (Meurtre-et-Moselle), qui accueille "des personnes condamnées à des peines d’emprisonnement supérieures à un an et dont le régime est principalement orienté vers la réinsertion sociale et la préparation à la sortie des condamnés", selon le ministère de la Justice, allaient bientôt pouvoir visiter l'un des plus beaux sites de France.

En effet, selon nos confrères, une affiche accrochée dans l'enceinte du centre de détention proposait aux personnes incarcérées de s’inscrire à une visite du Château de Versailles dans les Yvelines. Cette sortie inédite, à 350 kilomètres de la prison et 4 heures de route, était prévue le 27 juin 2024 à 10h30. "Cette activité nécessitant une permission de sortir, il vous faut répondre à certaines conditions. Merci de vous rapprocher de votre CPIP (Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation)", précisait le document, expliquant ainsi que tous les détenus ne pourraient pas y participer. 

Le projet n'a pas été "poursuivi"

Pour le syndicat de police Alliance, cette visite par des détenus était tout simplement inimaginable. "La prison, ça n'est pas une colonie de vacances", a-t-il dénoncé dès mardi auprès des médias. 

Chez certains agents pénitentiaires, ce projet, bien que faisant partie du processus de réinsertion des détenus, a suscité l'inquiétude, notamment en raison des récents événements qui ont endeuillé leur profession.  La médiatisation de la sortie est en effet survenue une semaine jour pour jour après que deux agents ont été tués dans l'attaque d'un fourgon blindé à Incarville dans l'Eure, et alors que Mohamed Amra, détenu évadé, et ses complices présumés sont toujours en fuite. 

Contactée ce jeudi matin sur cette sortie et après que la polémique a éclaté, l'Administration pénitentiaire nous révèle que la sortie ne se fera finalement pas...

"Problème d'encadrement et de sécurité"

L'administration pénitentiaire tient en outre à préciser certains points. "Ce projet d'activité n'avait été ni confirmé ni attribué", commente-t-elle. 

"Au regard de la distance entre l'établissement pénitentiaire et le château de Versailles et au regard des problèmes d'encadrement et de sécurité, ce projet de sortie n'a pas été poursuivi", nous explique-t-elle. 


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info