Seine-Saint-Denis : pour détention illégale d'un lionceau, un homme condamné à 4 mois de prison ferme

A.S
Publié le 9 novembre 2022 à 12h53

Source : Sujet TF1 Info

Un homme interpellé en octobre 2017 pour détention illégale d'un lionceau a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de Bobigny à quatre mois de prison ferme.
Musicien, le mis en cause "voulait" à l'époque "louer légalement un lion pour le faire apparaître dans un clip".

Il avait été interpellé et mis en examen mi-octobre 2017  pour "détention et transport non autorisés d'espèce animale non domestique protégée" et placé en détention provisoire. Cet homme âgé de 24 gardait à l'époque, dans un appartement de Seine-Saint-Denis, un lionceau avec lequel il s'affichait sur les réseaux sociaux. L'animal avait été retrouvé en cage, dans un appartement inoccupé de Noisy-le-Sec.

Musicien, le mis en examen "voulait louer légalement un lion pour le faire apparaître dans un clip" et a fini par se voir proposer "d'acheter un lionceau", avait assuré il y a quatre ans à l'AFP son avocate, Noémie Saidi-Cottier.  "Il ne trafique pas, il ne maltraite pas", avait-elle ajouté, évoquant une personnalité "immature" qui ne "se rendait pas compte".

Lundi 7 novembre, le mise en cause, qui était jugé par le tribunal correctionnel de Bobigny, a été condamné à quatre mois de prison ferme. "Le prévenu, assisté d'un avocat, a accepté la peine proposée par le procureur, à savoir 8 mois de prison dont 4 mois avec sursis, avec aménagement ab initio en 90 jours-amende à 15 euros par jour, outre la confiscation du lionceau", détaille l'association Stéphane Lamart pour la "défense des animaux", qui s'était constituée partie civile dans cette affaire. 

À cheval dans les rues de Montreuil

Sur une photo, prise avant l'interpellation du suspect, on voyait notamment le jeune homme accroupi, tenant le lionceau en laisse, en train de regarder son téléphone torse nu. Selon une source proche de l'enquête, il serait entré en possession du félin en septembre 2017.

L'association Stéphane Lamart rappelle par ailleurs dans un communiqué que "le jeune homme avait déjà fait parler de lui quelque temps auparavant cet événement avec le lionceau, en s'étant promené sur un cheval dans les rues de Montreuil". "Il avait été condamné en 2018 par le tribunal de police de Bobigny, à 600 euros d'amende et le cheval avait été confié à l'association Stéphane Lamart", précise-t-elle. 

Un an après cette mésaventure, le lionceau, prénommé King, avait quant à lui été réintroduit dans une réserve de 25.000 hectares en Afrique du Sud. Il avait été accueilli par la fondation Born Free. "Toujours traumatisé par sa mésaventure", la fondation lui avait délivré alors "les soins quotidiens" et l'avait accompagné "pour lui permettre de s'acclimater à son nouvel environnement naturel", ajoutent les pompiers.

Chaque année, les pompiers de Paris réalisent 800 interventions concernant des animaux dangereux ou exotiques tels que des lézards, iguanes ou araignées. 

En 2016, un jeune tigre avait également été découvert en Seine-Saint-Denis : d'abord caché à Saint-Ouen - où des dealeurs monnayaient des selfies en sa compagnie contre quelques euros - le félin avait été abandonné lorsque la police s'était mise à sa recherche. Il avait été confié un refuge de la Loire.


A.S

Tout
TF1 Info