Troisième nuit de violences à Sevran après la mort d'un habitant, tué par un tir policier samedi.
Treize personnes ont été interpellées lundi soir, en plus des seize ce week-end.
L'IGPN a été saisie de l'enquête.

Près de 30 interpellations en trois jours. Voici le bilan annoncé ce mardi dans un tweet du ministre de l'Intérieur suite aux violences répétées dans la ville de Sevran depuis le milieu du week-end. Ces événements font suite à la mort samedi de Jean-Paul dit "JP", un habitant du quartier des Beaudottes dans la ville de Seine-Saint-Denis, âgé de 33 ans et père de quatre enfants. 

"Une enquête est ouverte concernant l’intervention de police survenue samedi après-midi à Sevran. Suite aux violences et dégradations commises en Seine-Saint-Denis, 16 interpellations ont été effectuées ce week-end et les forces de l'ordre ont appréhendé 13 personnes hier soir", a tweeté Gérald Darmanin ce mardi matin. 

Incendies et dégradations

Les interpellations pour "dégradations volontaires par incendie", "participation à un groupement en vue de violences et dégradations" et "violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique"ont eu lieu à Sevran, mais aussi à Aulnay-sous-Bois et Tremblay-en-France. 

Plus calme que les deux nuits précédentes, la soirée de lundi soir a été marquée par plusieurs incendies sur les trois communes.   Au total, 11 containers poubelle et 4 véhicules ont été incendiés, et des barricades de fortune érigées, a appris l'AFP de source policière.  À 1h30 à Sevran, une ancienne salle de sport désaffectée de 100m2 a été détruite par les flammes.  

Une marche blanche pour la victime

Samedi dernier vers 12h30, un équipage de la brigade anti-criminalité (BAC) d'Aulnay-sous-Bois avait été requis pour pister une fourgonnette signalée volée et tente de procéder au contrôle du chauffeur, arrêté à un feu rouge sur une rue de cette ville. 

"Un policier s'est porté à la hauteur de la vitre du conducteur et, dans des circonstances qui restent à déterminer précisément, a fait usage de son arme - un seul coup de feu - au moment où la camionnette redémarrait brusquement", a retracé Éric Mathais, le procureur de la République de Bobigny, dans un communiqué publié dimanche. L'automobiliste a fini sa course "plusieurs centaines de mètres plus loin" en percutant des voitures en stationnement, dans une allée des Beaudottes à Sevran, selon le parquet. Grièvement blessé à l'omoplate gauche, selon une source policière, il est décédé en fin d'après-midi à l'hôpital des suites de ses blessures.

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie de l'enquête. Le policier, âgé de 32 ans et hospitalisé "en état de choc", n'a pas encore pu être entendu, indiquait lundi le parquet.

Selon le maire de la ville, Stéphane Blanchet, une marche blanche sera organisée dans les prochains jours par la famille de la victime. 


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info