Suicide de MavaChou : l'ex-mari de l'influenceuse mis en examen

par M.G avec AFP
Publié le 6 mars 2024 à 17h37

Source : Sujet TF1 Info

Adrien Czajczynski a été mis en examen pour des faits de harcèlement susceptibles d'avoir conduit au suicide de son ex-femme Maëva Frossard, alias "MavaChou" sur les réseaux sociaux, en décembre 2021.
La nouvelle épouse du suspect, Laura Czajczynski, a, elle aussi, été mise en examen.

Plusieurs procédures ouvertes. Plus de deux ans après le suicide de Maëva Frossard, plus connu sous le nom de "MavaChou", son ex-mari Adrien Czajczynski a été mis en examen dans le cadre de l'information judiciaire ouverte contre X pour "harcèlement ayant poussé au suicide". Par la même occasion, la nouvelle épouse du Youtubeur, Laura Czajczynski, a elle aussi été mise en examen le 27 février dernier, a appris l'AFP, confirmant une information du Parisien

Cela "signifie qu'il y a des indices graves et concordants qu'Adrien et son épouse se sont livrés à des faits de harcèlement ayant entraîné la mort de Maëva", estime Me Stéphane Giuranna, avocat du père de la victime et de Romain, son compagnon au moment de son décès en décembre 2021. "Nous sommes satisfaits de l'avancée de la procédure d'instruction, ouverte depuis déjà quelques années", ajoute-t-il.

"Ma cliente réfute fermement avoir commis la moindre faute", réagit Me Laurent Mortet, l'avocat de Laura Czajcynski. "Mais nous nous réjouissons de pouvoir enfin exercer les droits de la défense", souligne-t-il, sachant qu'il devrait désormais pouvoir accéder au dossier monté par le juge d'instruction d'Épinal en charge de l'affaire. En revanche, ni Adrien Czajczynski ni son avocat, Me Renaud Gérardin, sollicités, n'ont donné suite dans l'immédiat. 

Maëva Frossard, mère de quatre enfants, était âgée de 32 ans au moment de son suicide. Elle avait conquis une relative notoriété sur internet (151.000 abonnés sur YouTube, 80.000 sur Instagram), où elle relatait sa vie en vidéo. Dans les jours qui ont précédé ce drame, elle avait déposé cinq plaintes contre son ex-mari ou contre X, pour harcèlement moral et provocation au suicide, dans les mois qui ont précédé et le jour même de son suicide. Des procédures qui "n'avaient rien donné", selon Me Giuranna.


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info