Syrie : 15 femmes et 40 enfants rapatriés de camps de prisonniers djihadistes

par Maxence GEVIN
Publié le 20 octobre 2022 à 8h02
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La France a procédé jeudi au rapatriement de plusieurs dizaines de personnes, jusque-là détenues dans les camps de prisonniers djihadistes dans le Nord-Est de la Syrie.
Il s'agit de 15 femmes et 40 enfants, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

"La France a procédé ce jour à une nouvelle opération de retour sur le territoire national de ressortissants français qui se trouvaient dans les camps du nord-est de la Syrie", a indiqué jeudi le ministère des Affaires étrangères, dans un communiqué. "Cette opération a permis le retour de 40 enfants et de 15 femmes adultes", souligne-t-il.

La cinquantaine de personnes est arrivée, en toute discrétion, dans la nuit de mercredi à jeudi à la base de Villacoublay. 

Ils ont été remis aux autorités compétentes

"Les mineurs ont été remis aux services chargés de l’aide à l’enfance et feront l’objet d’un suivi médico-social", précise le Quai d'Orsay. "Les adultes ont été remises aux autorités judiciaires compétentes", ajoute-t-il. En l'occurrence, elles seront présentées à la SDAT, DGSI ou directement à un juge. 

"La France remercie les autorités locales du nord-est de la Syrie (les autorités kurdes, ndlr) pour leur coopération, qui a rendu possible cette opération", conclue l'exécutif. 

Les femmes rapatriées font partie des Françaises qui s'étaient rendues volontairement dans les territoires contrôlés par les groupes djihadistes en zone irako-syrienne et qui ont été capturées dans la chute de l'organisation de l'État islamique en 2019. Les enfants sont, pour nombre d'entre eux, nés sur place. 

Réaction après la condamnation de la CEDH

Cette décision fait suite à la condamnation de Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), le 14 septembre dernier. L'instance avait fustigé la France pour ne pas avoir étudié de manière appropriée les demandes de rapatriement de familles de djihadistes en Syrie, estimant qu'il incombait "au gouvernement français de reprendre l'examen des demandes des requérants dans les plus brefs délais en l'entourant des garanties appropriées contre l'arbitraire"

Lire aussi

Environ 300 mineurs français ayant séjourné dans des zones d'opération de groupes terroristes sont rentrés en France, dont 77 par rapatriement, a indiqué début octobre le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, lors d'une audition devant le Sénat.


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info