L'info passée au crible

"Tentative d'intrusion" dans un lycée à Lyon : s'agit-il d'une "expédition punitive" ?

Felicia Sideris
Publié le 4 juin 2021 à 14h14
JT Perso

Source : TF1 Info

FAITS DIVERS - Selon Laurent Wauquiez, une jeune femme a été victime d'une "expédition punitive" dans son lycée lyonnais à cause de sa relation avec un jeune homme "non-musulman". Les choses ne se sont en fait pas déroulées ainsi.

En pleine campagne pour les Régionales, Laurent Wauquiez parle lui aussi sécurité. Candidat à sa réélection en Auvergne-Rhône-Alpes, il a profité de sa visite dans un établissement lyonnais ce jeudi 3 juin pour évoquer le cas de cette adolescente "menacée". Au sein du lycée de la Martinière-Diderot, dans le 1er arrondissement de Lyon, l'élu LR a dénoncé une "expédition punitive" réalisée par une "bande de voyous islamistes" avec pour but d'intimider une lycéenne. "Cela nous rappelle à quel point on a besoin de sécuriser et protéger nos lycées", a-t-il lancé devant les caméras.

Le président de région s'est ainsi fait l'écho d'informations parues dans la presse. La lycéenne aurait ainsi été menacée par un groupe de plusieurs individus à cause de la relation amoureuse qu'elle entretiendrait avec un non-musulman. Cependant, ni le rectorat, ni le parquet n'évoquent cette question de la religion. 

Des "menaces" sur fond de "conflit de voisinage"

S'il y a bien eu une "tentative d'intrusion", comme en atteste ce tweet de l'Académie de Lyon, il n'y a eu "ni violence, ni rixe", répète la direction des services de l'Éducation nationale de la ville auprès de LCI.fr. Dans un communiqué, le rectorat revient "sur le déroulement des faits". Il explique ainsi que le mardi 1er juin, "deux" personnes adultes "se sont présentées à la loge" du lycée, en "demandant à voir une élève de l'établissement". 

Cet accès leur a été refusé par la personne en charge de l'accueil, "comme la procédure d'accès aux établissements l'impose". Les deux individus ont donc quitté les lieux "sans manifestation de violence", écrit le communiqué. "Les personnels du lycée ont parfaitement réagit à la situation", en faisant "barrage", nous précise-t-on."À aucun moment le bon fonctionnement du lycée n'a été impacté."

Ce jeudi matin "l'établissement fonctionne dans des conditions normales", assure l'académie dans le document. Une information corroborée par une équipe du LCI sur place, qui a témoigné d'une situation "très calme". Les élèves interrogés nous ont affirmé ne rien avoir remarqué d'anormal.

Alors que s'est-il réellement passé ? L'enquête le dira avec exactitude, en attendant les conclusions, le procureur de la République nous a confirmé qu'elle l'avait bien été pour des faits "de menaces ou actes d'intimidations" à l'encontre de cette adolescente et sa famille. L'enquête devra "déterminer la nature, la motivation et les circonstances exactes de ces faits". Cependant, le parquet émet déjà l'hypothèse d'un événement inscrit dans "un conflit de voisinage perdurant depuis plusieurs années", entre la famille de la jeune femme et des voisins. 

Ni le parquet, ni le rectorat n'évoquent auprès de LCI.fr la question de la religion. Alors sur quels éléments s'est appuyé le président de région pour évoquer une "expédition punitive" sur fond d'islam ? Interrogé, son cabinet n'avait pas répondu dans l'immédiat.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr


Felicia Sideris

Tout
TF1 Info