Un djihadiste d'origine tchétchène déchu de la nationalité française

Publié le 3 janvier 2024 à 9h48

Source : Sujet TF1 Info

Khassanbek Tourchaev, un Tchétchène naturalisé en 2008, a été déchu de sa nationalité française par un décret publié, mercredi 3 janvier, au Journal officiel.
Condamné en 2019 à une peine de dix ans de prison, il était soupçonné d'avoir été l'"émir" d'un groupe djihadiste.

Il a été déchu de sa nationalité française. Khassanbek Tourchaev, un Tchétchène naturalisé en 2008, a été dépossédé de ses droits politiques et civiques par un décret publié, mercredi 3 janvier, au Journal officiel. Il avait été condamné en 2019 à une peine de dix ans de prison, assortie de la sûreté aux deux tiers, par la cour d'assises spéciale de Paris. 

Lors de son procès, il avait reconnu avoir séjourné en Syrie environ trois mois en 2013 et 2014. Il avait affirmé y être allé dans le but de chercher ses frères, "pas pour faire la guerre". Mais l'homme était cependant accusé d'avoir participé à des combats et assuré une formation en explosifs à d'autres combattants. Il était aussi soupçonné d'avoir joué le rôle d'"émir" dans un groupe djihadiste, au sein de l'Émirat du Caucase affilié à Ahrar al-Cham, qui faisait lui-même partie du Front islamique.

Repéré dès 2005 pour son extrémisme religieux

Khassanbek Tourchaev, aujourd'hui âgé de 53 ans, a grandi à Grozny, en Tchétchénie. La guerre l'a poussé à fuir son pays pour demander l'asile en France. Dès 2005, il avait été repéré par les services de renseignement en raison de son extrémisme religieux. Il se décrit lui-même comme salafiste. "Aujourd'hui, je suis sur la voie d'Allah", avait-il déclaré lors de son procès en 2019, avant d'affirmer que "la Syrie (était) un sujet clos" pour lui. "La prison a changé beaucoup de choses en moi. Ce dont j'ai besoin, c'est ma famille", avait ajouté l'homme en situation de polygamie, père de plusieurs enfants qui vivent en Alsace. 

Entre 2019 et 2023, au moins une vingtaine de déchéances de nationalité ont été prononcées pour terrorisme en France, selon des chiffres officiels. La déchéance de nationalité peut être décidée en cas d'atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou en cas de condamnation pour infraction terroriste. Elle ne peut concerner que les binationaux qui ne sont pas nés en France, et est prononcée par décret. La controversée loi immigration, adoptée en décembre par le Parlement, prévoit d'étendre la mesure aux binationaux condamnés pour homicide volontaire contre toute personne dépositaire de l'autorité publique.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info