Dans la nuit du 18 au 19 juillet, une altercation a éclaté entre des jeunes à Toulouse (Haute-Garonne).
Après des échanges virulents, une rixe a éclaté et deux femmes ont été blessées, dont l'une grièvement.
Quatre mineurs âgés de 14 à 17 ans ont été interpellés, dont une jeune fille, placée en détention provisoire.

Une altercation aux conséquences dramatiques. Dans la nuit de mardi à mercredi, un affrontement entre deux groupes de jeunes a dégénéré sur la place du Capitole, à Toulouse (Haute-Garonne). 

Vers 2h50, devant un établissement de restauration rapide, un groupe de quatre personnes composé de deux femmes et de deux hommes de 19 ans a été pris à partie par des mineurs, deux garçons de 17 ans et deux filles de 14 et 16 ans, a annoncé ce vendredi le procureur de la République de Toulouse, Samuel Vuelta-Simon, confirmant une information de La Dépêche. En quelques minutes, plusieurs des impliqués en sont venus aux mains, à l'aide notamment d'une arme blanche par destination. 

Les deux jeunes filles mineures de 14 et 17 ans s'en sont pris violemment à une femme de 19 ans, l'agressant violemment avec un tesson de bouteille. "La principale mis en cause est la mineure de 17 ans appartenant au deuxième groupe. Elle se serait emparée d'une bouteille pour la briser, avant de porter des coups multiples au visage, au dos et au bras de la jeune fille du premier groupe, lui occasionnant des blessures sévères. La mineure de 14 ans s'est également emparée de tessons de bouteille pour porter des coups. Les deux garçons auraient participé à la rixe en portant également des coups, sans arme cependant", révèle le magistrat.

Nombreux points de suture au visage

La police municipale a été alertée de ces faits en visionnant les images des caméras de vidéosurveillance. Grièvement blessée, la jeune femme de 19 ans a été prise en charge par les secours. "Les blessures ont nécessité des soins urgents afin de suturer les plaies occasionnées, en particulier au niveau du cou et de la joue : une ITT de 9 jours a été fixée par le médecin légiste. Une deuxième victime se voit délivrer une ITT de 3 jours pour les coups reçus", précise le procureur. 

Le visionnage des images a également permis de procéder à l'interpellation des suspects. Placés en garde à vue, les quatre mineurs, âgés de 14 à 17 ans, ont reconnu avoir consommé de l'alcool le soir des faits. "Les mis en cause sont pour certains suivis par les services judiciaires de la protection des mineurs en raison d'un parcours social difficile et, pour d'autres, défavorablement connus de la justice pénale des mineurs pour des faits de violences, vol, menaces, défaut de permis de conduire, détention d'arme, outrages, détention de stupéfiants, etc.", détaille Samuel Vuelta-Simon. 

À l'issue de la mesure de garde à vue, deux garçons et la fille âgée de 14 ans ont été placés sous contrôle judiciaire. L'agresseuse principale, âgée de 17 ans, a été incarcérée jusqu'à sa comparution devant le tribunal pour enfants de Toulouse, prévue le 17 août 2023. "Selon les différentes victimes, les chefs de prévention retenus sont ceux de violences en réunion, en état d'ivresse, avec arme, sans ITT ou ayant entrainé une ITT et pour l'une d'elles, supérieure à 8 jours", fait savoir le magistrat. L'audience à huis clos devra permettre de déterminer la culpabilité éventuelle de chacun des mineurs.

Le mobile certain reste à déterminer

Quid de l'origine de ces violences extrêmes ? "L'altercation reste confuse", commente Samuel Vuelta-Simon évoquant plusieurs hypothèses, comme une "demande de cigarette", un "échange de regards" ou encore des "propos mal interprétés"

Les investigations se poursuivent. La principale suspecte de ces violences en dira peut-être plus sur la cause de cette rixe à l'audience du mois d'août. 


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info