Mélanie Boulanger, 47 ans, est jugée à partir de ce lundi aux côtés de 18 autres prévenus pour leur participation à un vaste trafic de drogue.
L'ancienne maire de Canteleu comparaît devant le tribunal correctionnel de Bobigny.
Elle est soupçonnée d'avoir fait pression sur les services de police pour qu'ils n'empêchent pas le trafic.

Les "narcos" et l'élue locale: l'ex-maire de Canteleu, la socialiste Mélanie Boulanger, 47 ans, est jugée à partir de lundi à Bobigny avec 18 autres prévenus - dont l'un en son absence après sa fuite au Maroc - pour un trafic de drogues dans la ville de Seine-Maritime, un dossier éclairant sur l'emprise du "deal" à l'échelle d'une petite commune.

À la tête de la municipalité depuis 2014, celle-ci est soupçonnée d'avoir, sous couvert d'un discours public offensif contre les trafics, fait pression sur les services de police pour qu'ils ne gênent pas les affaires du redoutable clan Meziani, réputé pour tenir le deal dans sa ville normande et y faire régner la terreur.

Jugée à ses côtés jusqu'au 24 juin, la fratrie Meziani a soufflé le chaud et le froid sur l'élue, via l'un de ses adjoints, également poursuivi devant le tribunal correctionnel à Bobigny.

L'édile dément les accusations

Dans une conversation téléphonique sous écoute, l'un des frères la menace d'une part de mettre la commune à feu et à sang, et de l'autre lui promet de garantir sa réélection et l'ordre public à Canteleu si elle accède au service qu'il lui demande.

L'ancienne tête de liste PS-EELV en Normandie aux élections régionales de 2021, arrêtée en octobre 2021 et mise en examen pour complicité en avril 2022, dément les accusations contre elle. Elle a démissionné de son mandat de maire en début d'année en invoquant des "raisons de santé", après son renvoi devant la justice. Contacté par l'AFP, son avocat, Me Arnaud de Saint-Rémy, n'a pas souhaité s'exprimer.

Cannabis, héroïne, cocaïne

L'affaire a débuté en septembre 2019 avec l'arrestation sur un parking de Saint-Denis de deux individus suspects procédant à une transaction de drogues. L'un est porteur de 50.000 euros en liquide, l'autre de 2 kilos de cocaïne pure à 80%. Les investigations sur l'acheteur amènent rapidement les policiers de Seine-Saint-Denis à Canteleu, base de la famille Meziani, soupçonnée d'être l'un des principaux acteurs du trafic de drogues dans la région de Rouen. Depuis la mort en 2019 du chef de famille Mohamed dans un accident de la route lors d'un possible "go-fast", le relais aurait été repris par deux de ses frères, Aziz et Montacer.

L'enquête qui a duré deux ans est riche en sonorisations et en écoutes. Elle va mettre au jour un important réseau d'importation et de vente de stupéfiants, écoulant aussi bien du cannabis que de l'héroïne et de la cocaïne. Selon les estimations des policiers, leur organisation engrange plus de 10 millions d'euros de bénéfices annuels rien que pour la cocaïne et l'héroïne.


A.S avec AFP

Tout
TF1 Info