Tremblay : jugé ce jeudi, le restaurateur qui avait refusé de servir des femmes voilées envisage de fermer son établissement

Youen Tanguy
Publié le 15 février 2017 à 21h44, mis à jour le 16 février 2017 à 6h49
Tremblay : jugé ce jeudi, le restaurateur qui avait refusé de servir des femmes voilées envisage de fermer son établissement
L'essentiel

DISCRIMINATION - Jean-Baptiste Debreux est jugé ce jeudi à Bobigny pour "discrimination" après avoir ordonné à deux femmes voilées de quitter son établissement en août dernier. Contacté par LCI, son avocate affirme qu'il va "très mal" et qu'il envisage même "de fermer son restaurant".

Il avait été filmé en train de demander à deux clientes voilées de quitter son établissement car "tous les musulmans sont 

des terroristes". Jean-Baptiste Debreux, un restaurateur de Tremblay-en-France, sera jugé pour "discrimination" jeudi au tribunal correctionnel de Bobigny.

Les faits remontent au 27 août dernier. Le restaurateur avait été filmé en caméra cachée par deux jeunes femmes attablées au restaurant Le Cénacle. Dans la vidéo, largement diffusée sur les réseaux sociaux, on peut voir le visage d'une des deux femmes encadré d'un voile gris. On entendait le restaurateur notamment affirmer que "les terroristes sont musulmans et tous les musulmans sont terroristes", avant d'inviter les deux femmes à partir.

Au lendemain des faits, le patron du restaurant gastronomique avait présenté ses "excuses à toute la communauté musulmane" et aux deux clientes alors qu'il était interpellé par plusieurs jeunes de la commune. "J'ai pété un câble", avait-il également raconté à BFMTV. Pas suffisant pour calmer les esprits.

A un moment il a reçu tellement de menaces que La Poste ne délivrait même plus son courrier

Me Barbier, l'avocate du restaurateur

A l'époque des faits, Jean-Baptiste Debreux et sa famille avaient dû quitter leur domicile situé juste au-dessus du restaurant pour des raisons de sécurité. "A un moment il a reçu tellement de menaces que La Poste ne délivrait même plus son courrier", lâche son avocate avant d'ajouter que "même sa fille de 16 ans a été harcelée au lycée". 

Le chiffre d'affaires du Cénacle a lourdement chuté depuis les faits et Jean-Baptiste Debreux croule sous les charges après avoir perdu une grande partie de sa clientèle. "Cette affaire l'a beaucoup atteint, affirme son avocate Me Barbier. Il va très mal et il envisage même de fermer son restaurant".

Contacté par téléphone mardi, le restaurateur n'a pas souhaité répondre à nos questions. 

"Banalisation de l'islamophobie"

Il doit comparaître jeudi à Bobigny pour "discrimination dans la fourniture d'un service en raison de l'appartenance à une religion dans un lieu accueillant du public".  Il encourt une peine de prison pouvant aller jusqu'à trois ans ainsi qu'une amende de 45.000 euros.

Son procès avait été renvoyé, à la demande de la défense en novembre, pour avoir davantage de temps pour se préparer. Une des jeunes femmes a porté plainte et s'est constituée partie civile. Le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) entend faire de même. Ce procès "déterminera si oui ou non nous acceptons de banaliser l'islamophobie dans notre société", a dit le collectif mardi dans un communiqué. 

Contre l'islamophobie, un musulman se bande les yeux et offre des câlins gratuitsSource : Sujet JT LCI
JT Perso