Un avion atterri en urgence à Paris après une alerte à la bombe sur TikTok

S.M
Publié le 28 octobre 2022 à 9h28
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Les passagers d'un vol New-York-Munich ont atterri en urgence à Roissy-Charles de Gaulle, lundi 24 octobre.
Une manœuvre provoquée par une alerte à la bombe sur le réseau social TikTok.
L'alerte, prise très au sérieux, s'est finalement révélée être un canular.

Une fausse alerte qui aura fait perdre des heures aux autorités et aux passagers. Lundi 24 octobre, peu avant 7 heures du matin, les 266 passagers et 14 membres de l'équipage d'un vol New-York-Munich, opéré par Lufthansa, ont atterri en urgence à Paris, à l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle. Un déroutage qui faisait suite à une alerte à la bombe sur TikTok. 

Une vidéo avait en effet été postée sur le réseau social chinois, quelques heures plus tôt, mettant en scène un individu déclarant avoir posé une bombe dans l'avion, selon une information Europe 1, confirmée par TF1/LCI. Les Américains ont informé leurs homologues allemands, qui ont demandé un atterrissage sur le sol français. L'alerte a finalement été levée, quatre heures plus tard, et les passagers ont pu être transférés vers leur destination initiale. 

Les passagers accueillis à Roissy "par des policiers et des fusils"

"Le pilote a d'abord dit que nous devions atterrir à Paris Charles de Gaulle à cause d'un problème technique", raconte l'un des passagers au journal allemand Bild. "Quand nous sommes arrivés à l'aéroport, nous avons été accueillis sur la piste par des policiers et des fusils", décrit-il. Ce n'est qu'une fois à l'aéroport que "le pilote nous a dit au micro qu'il y avait eu une alerte à la bombe sur TikTok, jugée très sérieuse", poursuit le jeune homme de 17 ans qui voyageait avec ses parents. 

Lire aussi

À l'atterrissage de l'avion, à 6 h 50, un important dispositif a en effet été déployé, mobilisant les pompiers, les démineurs et la gendarmerie des transports aériens. Après que l'aéronef a été orienté vers une zone sécurisée, les passagers ont été évacués en bus, à 7 h 20, jusqu'au terminal B, où ils ont été filtrés par la police aux frontières, et inspectés par des chiens. Et ce n'est qu'à 10 h 40 que l'alerte a été levée, après inspection par les démineurs de l'avion et de sa soute. 

Suite à ce canular, le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis) n'a pas ouvert d'enquête judiciaire, les faits ayant été signalés par les autorités américaines. La justice française a en revanche demandé le transfert des renseignements collectés aux autorités allemandes. 


S.M

Tout
TF1 Info