Le parquet de Rouen indique, ce soir, le la garde à vue du policier a pu être levée à l'issue de son audition.
Il précise que "les images de vidéoprotection de la ville permettent de confirmer qu'il a fait usage de son arme dans des conditions permises par le Code de la sécurité intérieure".
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

PERQUISITION

Dans un communiqué, le parquet de Rouen rappelle que l'auteur de l'incendie est identifié. "Il s'agit d'un homme de nationalité algérienne âgé de 24 ans, sans antécédent judiciaire, mais en situation irrégulière, comme l'a fait connaître le ministre de l'Intérieur". Par ailleurs, "une perquisition réalisée au domicile de l'oncle et de la tante qui l'hébergeaient n'a pas apporté d'élément de nature à éclairer la motivation de l'intéressé".

GARDE À VUE LEVÉE POUR LE POLICIER

Le parquet de Rouen indique, ce soir, le la garde à vue du policier a pu être levée à l'issue de son audition "et alors que les images de vidéoprotection de la ville permettent de confirmer qu'il a fait usage de son arme dans des conditions permises par le Code de la sécurité intérieure". Par ailleurs, l'autopsie a confirmé que "l'auteur présumé de l'incendie est décédé des suites d'un choc thoracique lié aux tirs du policier". 


Selon les derniers éléments fournis par le parquet, dans un communiqué, l'expert en incendie a constaté l'existence d'un seul départ de feu dans la synagogue et "selon toute vraisemblance, le feu aurait été allumé de l'extérieur par une fenêtre".

SECURITÉ RENFORCÉE

Gérald Darmanin avait demandé le 14 avril aux préfets de renforcer la sécurité devant les lieux de culte juifs ainsi que devant les écoles confessionnelles, au lendemain de l'attaque menée par l'Iran contre Israël. "Je renouvelle (aux préfets, ndlr) évidemment mes consignes les plus strictes de présence policière et de gendarmes", a précisé le ministre ce vendredi alors qu'il se trouvait à la synagogue de Rouen. 

CONDAMNATION

Le Conseil français du culte musulman, ex-instance de dialogue entre l'exécutif et les musulmans de France, a affirmé condamner sur X "avec la plus grande vigueur l'attaque abjecte dirigée contre la synagogue de Rouen et exprime son soutien total et sa pleine solidarité avec les fidèles et les responsables de la synagogue". 

INTIMIDATION

"Tenter de brûler une synagogue, c'est vouloir intimider tous les Juifs. Une nouvelle fois, on veut faire peser un climat de terreur sur les Juifs de notre pays. Combattre l'antisémitisme, c'est défendre la République", a affirmé pour sa part sur X le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Yonathan Arfi.

BOULEVERSEMENT

"La communauté est bouleversée. On est une petite communauté et malheureusement, ça peut nous arriver aussi", a déclaré le rabbin Chmouel Lubecki, en référence aux actes antisémites en progression.

"CHOC ABSOLU"

"C'est l'effroi, c'est le choc absolu", a réagi le maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol, qui a appelé à un "rassemblement républicain" à 18H devant l'hôtel de ville.

DÉGÂTS

Selon la présidente de la communauté juive de Rouen Natacha Ben Haïm, "le feu a fait énormément de dégâts. J'ai dû reconnaître les lieux, donc je peux vous dire que c'est terrible".

"On a eu un grand miracle. Les livres de la Torah, les livres sacrés, c'est vraiment l'objet le plus important, sentimentalement en plus que financièrement, n'ont pas été touchés. Alors que l'incendie a éclaté juste à côté, c'est-à-dire que tout ce qui est à côté a brûlé", a-t-elle ajouté. 

HAYER

Selon nos informations, la tête de liste Renaissance, Valérie Hayer, annule son déplacement à Nantes pour se rendre à Rouen et participer au rassemblement de ce soir.

"IL A SAUVÉ DES VIES"

"Je pense que ce jeune policier a sauvé des vies", commente le ministre de l'Intérieur au sujet du jeune fonctionnaire intervenu ce matin pour neutraliser l'homme qui a tenté d'incendier la synagogue de Rouen. 

PROTÉGÉS

Le ministre de l'Intérieur assure aux juifs de France qu'ils "sont protégés". "Je vais d'ailleurs renouveler cet après-midi mes consignes les plus stricts de présence policière et gendarme devant les lieux de cultes" ajoute Gérald Darmanin. 

RECHERCHÉ

"Cette personne, dans sa vie administrative, est un citoyen qui n'est pas français, il est d'origine algérienne", indique le ministre. Il avait demandé un titre de séjour étranger malade que nous lui avons refusé. Il a fait l'objet d'un arrêté de reconduite à la frontière. "Il a fait un recours et fin janvier, son recours n'a pas abouti (...) Il était alors inscrit au fichier des personnes recherchées. Il était recherché depuis plusieurs semaines par les forces de l'ordre" ajoute le ministre qui salue "l'exemplarité des forces de l'ordre". 

INDIVIDU "DANGEREUX"

Le ministre de l'Intérieur confirme que l'individu qui a tenté d'incendier la synagogue était "particulièrement dangereux". "En quelques secondes la police est arrivé et a quadrillé le site, l'individu a foncé sur un jeune policier adjoint de 25 ans qui a été extrêmement courageux et professionnel, il sera décoré" annonce-t-il. 

"ACTE ANTISÉMITE"

"Ici, cet acte antisémite nous touche tous profondément et je veux redire en cette veille de shabbat que nous sommes déterminés au ministère de l'Intérieur à protéger les juifs de France" dit le ministre de l'Intérieur.

SOUTIEN

Gérald Darmanin adresse son soutien aux Rouennais et aux juifs de France et dénonce un "acte antisémite".

DARMANIN

Sur place, alors que le quartier de la synagogue est toujours bouclé, le ministre de l'intérieur, Gérald Darmanin, va prendre la parole. 

LATIFA IBN ZIATEN

Latifa Ibn Ziaten, mère d'Imad Ibn Ziaten, premier militaire assassiné à Toulouse par le terroriste Mohammed Merah en 2012, a réagi ce matin sur le réseau social X. 

FIN DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE

Le procureur de la République a terminé sa brève conférence de presse. Le magistrat pourrait faire une nouvelle communication dans la journée. 

AUTOPSIE ET IDENTITÉ

Une autopsie du mis en cause décédé doit être réalisé dans l'après-midi. Le procureur de la République de Rouen a indiqué par ailleurs qu'une "première identité" du suspect a été établie par "une seule carte de réseau de transports de Rouen dont il était porteur". Des investigations sont en cours pour vérifier s'il s'agit bien de l'identité de l'homme décédé. 

GARDE À VUE

Le policier qui a fait usage de son arme a été placé en garde à vue après avoir fait usage de son arme. Le procureur, qui a visionné les images de vidéosurveillance, indique que celles-ci montrent que le fonctionnaire a fait usage de son pistolet en état de légitime défense et annonce une levée de la garde à vue du policier à l'issue de son audition. 

DEUX ENQUÊTES OUVERTES

Deux enquêtes ont été ouvertes. L'une concerne la tentative d'incendie par l'individu neutralisé, l'autre concerne l'usage de l'arme par un policier. La seconde a été confiée à l'IGPN, police des polices. 

COUPS DE FEU

Ce matin peu avant 7 heures, les sapeurs-pompiers du SDIS76 ont été appelés pour un incendie sur la synagogue de Rouen. Sur place, avec la police, ils remarquent un individu sur le toit avec une barre de fer dans une main et un couteau dans l'autre. L'individu les invective et jette la barre de fer en leur direction. De la fumée s'échappe du bâtiment. L'homme saute du toit et menace un policier avec un couteau. Il ne répond pas aux sommations des forces de l'ordre qui lui demande de jeter l'arme blanche et de se rendre. Le policier menacé par l'arme blanche recule, avant de faire usage de son arme à cinq reprises touchant l'individu quatre fois. Celui-ci est décédé des suites de ses blessures, rapporte le magistrat. 

CONFÉRENCE DE PRESSE

Le procureur de la République de Rouen, Frédéric Teillet, débute sa conférence de presse. Il va revenir sur la tentative d'incendie de la synagogue de Rouen ce vendredi matin. 

PNAT

Le parquet national antiterroriste (PNAT) ne s'est pas saisi des faits pour le moment. Il évalue actuellement la situation. 

OBLIGATION DE QUITTER LE TERRITOIRE

L'homme qui a tenté d'incendier vendredi la synagogue de Rouen et a été tué par la police était visé par une obligation de quitter le territoire (OQTF), "non exécutable", a indiqué une source proche du dossier. 

L'homme était sous le coup de cette mesure depuis "moins d'un an", mais elle n'a pas pu être exécutée car l'homme "avait engagé un recours devant les juridictions administratives", a précisé cette source. 

PROCUREUR

Le procureur de la République de Rouen, Frédéric Teillet, doit donner une conférence de presse ce midi sur les faits.

RASSEMBLEMENT

Sur le réseau social X, le maire de la ville, Nicolas Mayer-Rossignol, "appelle à un rassemblement républicain ce soir 18h devant l'Hôtel de Ville de  @Rouen à la suite de l'incendie de la synagogue et de l'agression survenus ce matin. Merci à toutes et tous". 

DARMANIN

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, est attendu sur place à 13 h 30 ce vendredi. Il prendra la parole face à la presse. 

BONJOUR

Bonjour à tous, 


Ce vendredi matin vers 6h45, des policiers ont abattu un homme armé notamment d'un couteau qui tentait d'incendier la synagogue de Rouen et les menaçait, un acte qui a causé "énormément de dégâts" dans le lieu de culte, selon une responsable de la communauté locale.


Retrouvez toute l'actualité sur cet événement dans ce direct. 

Ce vendredi matin vers 6h45, un homme qui voulait mettre le feu à une synagogue à Rouen a été abattu par la police, annonce le ministre de l'Intérieur. "À Rouen, les policiers nationaux ont neutralisé tôt ce matin un individu armé souhaitant manifestement mettre le feu à la synagogue de la ville", a indiqué Gérald Darmanin sur le réseau social X. "Je les félicite pour leur réactivité et leur courage", a poursuivi le ministre.

Les policiers sont "intervenus sur un signalement de dégagement de fumée près de la synagogue", a développé une source policière. "Un individu a mis le feu à la synagogue de Rouen. Il aurait pris à partie les policiers et les pompiers", a pour sa part indiqué à l'AFP le procureur de Rouen, Frédéric Teillet. "Ensuite, il aurait menacé un policier d’un couteau et ce dernier a fait usage de son arme et l’individu est décédé."

L'homme abattu par les forces de l'ordre n'a pas été immédiatement identifié, a-t-on précisé de source policière.

Le Parquet national antiterroriste évalue s'il se saisit du dossier

Selon Frédéric Teillet, procureur de Rouen, deux enquêtes ont été ouvertes. La première, confiée à la Direction générale de la polie nationale (DGPN), porte "sur l'incendie volontaire visant un lieu de culte et sur les violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique". La seconde, confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), porte "sur les circonstances du décès de l'individu." 

Sollicité par l'AFP, le Parquet national antiterroriste indique être en train d'évaluer s'il se saisit du dossier.

De son côté, le maire de la ville, Nicolas Mayer-Rossignol, qui s'est rendu sur place, a précisé, également sur X, vers 8h : "a priori pas d'autres victimes que l'individu armé." L'édile a aussi adressé ses remerciements "aux forces nationales, aux policiers municipaux, au SAMU, aux pompiers qui maîtrisent actuellement le départ de feu."

Après les faits, le président du Consistoire central israélite de France, Élie Korchia, a salué sur X les "forces de l'ordre qui ont évité un nouveau drame antisémite dans notre pays."


La rédaction de TF1info avec AFP

Tout
TF1 Info