Un homme en garde à vue après la plainte pour agression sexuelle déposée par Mila

V. F, avec AFP
Publié le 22 février 2022 à 23h10
Un homme en garde à vue après la plainte pour agression sexuelle déposée par Mila

Source : JOEL SAGET / AFP

Un homme a été placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête pour agression sexuelle de la jeune Mila, lors d'une promenade samedi sur les quais du Rhône, à Lyon.
La jeune femme avait porté plainte.

Elle avait filmé ses agresseurs dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux samedi 19 février. On a appris ce mardi qu'un homme a été placé en garde à vue dimanche et un autre demeure recherché à Lyon dans le cadre d'une enquête pour agression sexuelle de la jeune Mila, connue pour avoir publié en 2020 plusieurs vidéos polémiques sur l'islam.

La jeune femme qui a porté plainte avait relayé sur les réseaux sociaux un extrait vidéo montrant un homme en train de l'insulter et de cracher dans sa direction, avant de se rapprocher en compagnie d'un autre individu. Selon elle, un des deux hommes aurait alors frotté son sexe contre elle. Mila avait ensuite expliqué avoir été secourue par un "joggeur qui passait".

Un deuxième mis en cause

Ce mardi, le parquet de Lyon a annoncé avoir "ouvert, dans le cadre de l'agression dénoncée par la jeune Mila, une information judiciaire des chefs d'agression sexuelle, vol en réunion et outrages sexistes". "Un placement en détention provisoire" a été requis contre l'homme mis en garde à vue, a ajouté le parquet, précisant que les investigations se poursuivaient pour identifier et interpeller un deuxième mis en cause.

Au moment de son agression samedi, Mila n'était pas escortée, alors qu'elle se trouve sous protection policière depuis la publication d'une vidéo critiquant le Coran et l'islam en janvier 2020. Alors âgée de 16 ans et demi, elle avait été contrainte de quitter son lycée. En novembre de la même année, elle avait été victime d'un "raid" numérique après avoir publié sur le réseau social TikTok une nouvelle vidéo dans laquelle elle s'en prenait vertement à ses détracteurs et à l'islam. En juillet 2021, 11 jeunes gens ont été condamnés à des peines de quatre à six mois de prison avec sursis pour avoir participé à son cyberharcèlement.

Lire aussi

Rien n'indique pour l'heure que les faits de samedi puissent être liés aux propos de Mila sur l'islam.


V. F, avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info