Israël-Palestine : cessez-le-feu après 11 jours de combat

Un recours déposé contre l’interdiction d’une manifestation pro-palestinienne à Paris

MM avec AFP
Publié le 14 mai 2021 à 11h30, mis à jour le 14 mai 2021 à 14h51
En 2018, des manifestations de soutien à la Palestine avant déjà eu lieu à Paris suite à des violences entre Israéliens et Palestiniens.

En 2018, des manifestations de soutien à la Palestine avant déjà eu lieu à Paris suite à des violences entre Israéliens et Palestiniens.

Source : Thomas SAMSON / AFP

JUSTICE - Trois avocats représentant l'association des Palestiniens d'Ile-de-France ont déposé, vendredi 14 mai, un référé auprès du tribunal administratif de Paris. Ils s’opposent à l’interdiction d’une manifestation pro-palestinienne devant se tenir samedi.

Trois avocats ont déposé un recours contre l’interdiction d'une manifestation pro-palestinienne qui devait avoir lieu à Paris, samedi 15 mai. Ils ont soumis un référé-liberté au tribunal administratif de Paris, au nom de l'association des Palestiniens d'Ile-de-France qui organisait la marche.

Cette manifestation en soutien au peuple palestinien, au cœur du regain de violences entre Israël et le Hamas depuis plusieurs jours, a été interdite, jeudi 13 mai, à cause de "risques de troubles à l'ordre public". Une demande expressément faite par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui rappelle qu'en juillet 2014, plusieurs manifestations similaires pour dénoncer l'offensive israélienne dans la bande de Gaza avaient dégénéré en violences.

"On défile pacifiquement"

Une interdiction qui a provoqué la colère de l'Association des Palestiniens en Ile-de-France qui a accusé la France de complicité avec Israël. "En interdisant cette manifestation, la France montre sa complicité avec l'État d'Israël, qui veut interdire toute manifestation de soutien aux droits des Palestiniens, qui subissent l'occupation, la colonisation et les bombardements", a fustigé Walid Atallah, un des responsables de l’association.

Initialement, la demande de manifestation a été déposée auprès de la préfecture de Paris pour commémorer la Nakba ("catastrophe" en arabe), c'est-à-dire l'exode de centaines de milliers de Palestiniens à la création d'Israël en 1948. "Et puis les événements de cette semaine en Palestine sont venus se greffer... On défile pacifiquement, on a fait divers rassemblements ces derniers temps qui se sont toujours passés sans problèmes", regrette M. Atallah, estimant cette interdiction "faite pour attiser les tensions, comme en 2014".

Interdiction saluée à droite, dénoncée à gauche

Cette interdiction a reçu le soutien à droite du député LR de l’Yonne, Guillaume Larrivé, du député des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, ou encore du maire de Nice, Christian Estrosi, qui a demandé au préfet de son département une même interdiction. 

Au contraire à gauche, le chef de file la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon s’est emporté contre "La France, seul pays au monde où sont interdites toutes les manifestations de soutien aux Palestiniens", appuyé par son collègue député de Seine-Saint-Denis, Eric Coquerel, qui renchérit : "Tout ça sent la provoc de Darmanin".

Lire aussi

La réponse tribunal administratif au recours est espérée par les avocats dans la journée de vendredi.

Découvrez le podcast de l'émission "Brunet Direct" qui est consacré au conflit entre Israël et le Hamas

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d’écoute préférée : 

Sur APPLE PODCAST

Sur DEEZER

Sur SPOTIFY 

Du lundi au vendredi, de 10H00 à 12H00, le présentateur prendra le temps d’analyser et de mettre en perspective les grands sujets d’actualité. Grande nouveauté de la rentrée, les téléspectateurs pourront intervenir en direct, interagir avec les invités en plateau pour livrer leurs points de vue et leur vécu. 


MM avec AFP

Tout
TF1 Info