Une figure du monde hippique de 72 ans accusée d'agressions sexuelles sur mineur : le parquet de Paris ouvre une enquête

Publié le 31 juillet 2018 à 15h20
Une figure du monde hippique de 72 ans accusée d'agressions sexuelles sur mineur : le parquet de Paris ouvre une enquête

Source : Patrik STOLLARZ / AFP

JUSTICE - Le gérant d'écurie bien connu du monde hippique, José Bruneau de la Salle, est accusé d'agressions sexuelles par deux hommes dont le fils du célèbre jockey Christophe Pieux. Le parquet de Paris annonce ce mardi qu'une enquête préliminaire a été ouverte.

Une affaire qui risque de faire trembler les murs de certaines écuries et autres institutions du monde hippique. Une plainte pour "agressions sexuelles sur mineur de moins de 15 ans " a été déposée auprès du procureur de la République de Paris, le 23 juillet dernier. Elle a été déposée par Grégory Pieux, fils du célèbre jockey Christophe Pieux, véritable star du monde hippique. Ce mardi, le parquet de Paris annonce avoir ouvert une enquête préliminaire après la plainte. 

Les investigations de cette enquête ont été confiées à la Brigade de protection des mineurs de la police judiciaire parisienne. Selon le Parisien qui rapporte l'affaire, le jeune homme de 22 ans accuse José Bruneau de la Salle de l'avoir agressé sexuellement, jusqu'à ses 13 ans, en 2009. Un autre homme, Jeremy Garamond, âgé de 41 ans, accuse l'homme des mêmes faits, commis lorsqu'il était mineur. Mais ceux-ci étant proscrits, il assigne le patron d'écurie au civil pour obtenir réparation de ce traumatisme. 

Cela a réveillé ma haine

Gregory Pieux

Gregory Pieux évoque dans Le Parisien les agressions dont il a été victime. Il explique que José Bruneau de la Salle et son père étaient amis et que, de fait, l'homme venait souvent leur rendre visite, chez eux. Il décrit en outre auprès de nos confrères une personne "fascinante". Les agressions se seraient déroulées à plusieurs reprises, lors de trajets en voiture ou encore dans la chambre de la maison familiale, dans laquelle logeait José Bruneau de la Salle, lorsqu'il leur rendait visite. "J’étais tétanisé, je faisais semblant de dormir, explique Grégory. J’ai gardé cette honte pour moi", dit-il. Puis, en 2009, il se confie sur ces agressions et son père apprend les faits. Confronté par ce dernier, l'agresseur présumé se fait alors oublier. 

Durant six ans, Gregory Pieux n'aura donc plus de nouvelles de son agresseur présumé, jusqu'en 2015. Cette année-là, José Bruneau de la Salle aurait tenté d'acheter le silence de sa victime et, se sachant dans le viseur d'autres victimes présumées, il aurait demandé "une attestation disant qu’il ne s’était rien passé. Cela a réveillé ma haine", explique Gregory Pieux dans le quotidien. Il décide alors de porter plainte. Il évoque aussi une lettre, écrite selon lui par José Bruneau de la Salle, dans laquelle ce dernier s'excuse d'avoir "passé les limites de la décence". Cette lettre, il n'en a eu connaissance que très récemment. 

Lire aussi

Pour appuyer la plainte de Gregory Pieux, plusieurs personnes ont évoqué ces faits, dont un entraîneur qui affirme que des apprentis âgés de 14 à 18 ans lui ont rapportés des gestes déplacés et inappropriés à partir de 1995. Contacté par nos confrères, Bruneau de la Salle nie les accusations et conteste toute agression sexuelle sur Gregory Pieux et Jeremy Garamond. 

José Bruneau de la Salle, 72 ans, a, par ailleurs, démissionné lundi de ses mandats de membre du comité de la société organisatrice de courses France Galop et d'administrateur délégué de l'hippodrome de Maisons–Laffitte (Yvelines), a annoncé France Galop dans un communiqué.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info