VIOLENCES - Quatre personnes ont été placées en garde à vue suite à des agressions commises sur des voyageurs dans des gares du Val-d'Oise, mardi en fin de soirée. Un policier hors service figurait parmi les victimes et affirme avoir été reconnu. Ce jeudi, le procureur de la République de Pontoise a ouvert une information judiciaire.

C'est vers 23h, mardi 2 novembre, qu'un policier hors service et en civil de la Brigade des réseaux ferrés a été roué de coups alors qu'il rentrait chez lui dans un train reliant Paris à Persan-Beaumont, dans le Val-d'Oise. Selon lui, les quatre individus qui l'ont agressé l'aurait reconnu et le suivaient depuis la Gare du Nord. 

Dans la même soirée, les quatre individus auraient agressé et volé trois autres personnes, selon nos informations. Interpellés, ils ont été placés en garde à vue à Cergy Pontoise. Une enquête a été ouverte pour "violences aggravées en réunion et sur personne dépositaire de l'autorité publique" et "vol avec violences aggravées en réunion", a indiqué à LCI le parquet de Pontoise.

Ce jeudi, le procureur de la République de Pontoise a ouvert une information judiciaire des chefs de "tentative de meurtre sur personne dépositaire de l'autorité publique" ou encore de "tentative de vol avec violences ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à huit jours". Un placement en détention provisoire a également été requis.

Trois autres victimes en plus du policier

Selon la plainte déposée par le policier à la suite de son agression, les quatre individus ont commencé à s'en prendre à lui, affirmant avoir reconnu qu'il était policier, le traitant de "sale flic de merde". 

Ils auraient tenté de lui voler son portefeuille et son téléphone portable et face à la résistance du fonctionnaire, lui auraient porté une multitude de coups, dont plusieurs au visage. Le gardien de la paix de 26 ans, qui n'a pas sorti l'arme de service qu'il portait sur lui, souffre de multiples ecchymoses et d'une fracture du nez.

Les agresseurs auraient ensuite pris la fuite. Quelques minutes plus tard, selon des informations de TF1/LCI, les quatre individus s'en seraient pris à une femme en gare d'Ermont pour lui voler son sac et son téléphone portable. Vers 1 h 30, en gare de Frépillon, à quelques kilomètres, ils auraient commis un nouveau vol aggravé sur deux autres personnes avant d'être finalement interpellés par les gendarmes à Auvers-sur-Oise.

À la suite de cette affaire, la préfecture de police a réagi, adressant son soutien au policier agressé. Les investigations, confiées à la Sureté Départementale du Val-d'Oise, se poursuivent pour déterminer les circonstances exactes des faits. Trois des quatre personnes appréhendées ont reconnu être les auteurs de l'agression du policier, selon une source proche du dossier, confirmant une information de Franceinfo.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info