Val-de-Marne : le pronostic vital de la femme poignardée par son compagnon n'est plus engagé

A.S
Publié le 12 mai 2022 à 17h57
JT Perso

Source : TF1 Info

Dimanche dernier à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), une femme âgée de 37 ans a été poignardée une douzaine de fois par son compagnon.
L'homme lui a aussi crevé les yeux et découpé une oreille.
Ce jeudi, le parquet confirme à TF1info que les jours de la victime ne sont plus en danger.

Trois ans après les faits, elle a pu être entendue par les enquêteurs sur son lit d'hôpital. Le contenu de son audition n'a pas été révélée, mais une chose est sûre : cette femme âgée de 37 ans est une miraculée. 

Dimanche 8 mai, la trentenaire, mère de famille, a été poignardée à une douzaine de reprises par son compagnon alors que tous les deux se trouvaient dans l'appartement familial de Maisons-Alfort (Val-de-Marne). L'homme suspecté des faits n'en est pas resté là : il a également découpé une oreille de la victime, âgée de 37 ans, et lui a crevé les yeux. Heureusement, les quatre enfants du couple n'étaient pas présents au moment des faits. Ce sont les voisins qui avaient alerté les secours après avoir entendu les cris de douleur de la victime. 

Ce jeudi, le parquet de Créteil confirme à TF1info que le pronostic vital de la victime, qui avait été admise en urgence à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, "n'est plus engagé". Il ne souhaite toutefois pas faire davantage de commentaires sur cette affaire pour le moment. 

Hospitalisé en psychiatrie

Dimanche, le compagnon de la victime et père de leur quatre enfants avait, dans un premier temps, refusé d'ouvrir la porte à la police mais avait fini par accepter. Une fois à l'intérieur de l'appartement, les forces de l'ordre avaient trouvé la victime dans une mare de sang, mais consciente. Elle avait été prise en charge par les secours.

Interpellé et placé en garde à vue, son mari, âgé de 41 ans, avait finalement été hospitalisé d’office en psychiatrie, son état de santé n'étant pas compatible avec la mesure. Jeudi, on ignorait toujours pourquoi ce quadragénaire, qui n'avait jusqu'alors aucun antécédent judiciaire, a agi de la sorte. 

La piste d'un "pétage de plombs", était privilégiée dimanche soir par les enquêteurs. Le suspect était en arrêt maladie depuis deux ans pour des raisons qui n'ont pas été communiquées.


A.S

Tout
TF1 Info