Vénissieux : la police ouvre le feu après un refus d'obtempérer, deux morts

Thomas Guien
Publié le 19 août 2022 à 8h58, mis à jour le 20 août 2022 à 10h39
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Le conducteur d'un véhicule signalé volé a pris la fuite dans la nuit de jeudi à vendredi à Vénissieux (Rhône).
Les policiers ont ouvert le feu, tuant le conducteur et son passager.
Un policier a été hospitalisé.

Nouveau drame suite à un refus d'obtempérer. La scène s'est déroulée cette fois-ci à Vénissieux, non loin de Lyon, où des policiers ont tenté de contrôler les occupants d'un véhicule signalé volé. Bilan : deux morts et un policier blessé.

La scène s'est déroulée aux alentours de minuit, quand deux équipages de police contrôlent un véhicule signalé volé sur le parking d’un supermarché. Le véhicule est à l’arrêt, moteur tournant. Les policiers entourent le véhicule pour prévenir toute tentative de fuite.

Un policier hospitalisé

Alors que les fonctionnaires s’apprêtent à le contrôler, le conducteur du véhicule a enclenché la marche arrière puis la marche avant en percutant un policier qui s'est trouvé projeté sur le capot du véhicule. Deux fonctionnaires de police, dont celui sur le capot, ont fait usage de leurs armes à plusieurs reprises. Le véhicule a fini sa course une centaine de mètres plus loin. 

Le conducteur a été touché à la tête et le passager a été grièvement blessé. Les policiers ont prodigué un massage cardiaque aux deux individus avant d'être relayés par les secours. Les pompiers rapidement sur place constataient le décès du passager, âgé de 20 ans, tandis que le conducteur était transporté à l'hôpital en urgence absolue, selon le parquet. Son pronostic vital était, jusqu'à présent, "très engagé" et l'homme de 26 ans est décédé des suites de ses blessures vendredi soir. Le fonctionnaire de police percuté, légèrement blessé aux jambes, a été hospitalisé pour examen.

Lire aussi

À la suite de ces faits, le parquet de Lyon a ouvert deux enquêtes : une pour recel de vol, refus d’obtempérer aggravé et violences avec arme sur agents de la force publique, confiée à la Direction Départementale de la Sécurité Publique, et une pour violences avec arme par personnes dépositaires de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner, confiée à l’IGPN.

Les deux fonctionnaires de police sont actuellement entendus sous le régime de la garde à vue. Selon une source policière, les deux hommes victimes des coups de feu sont connus défavorablement des services de police.


Thomas Guien

Tout
TF1 Info