La fillette blessée dans l'accident qui s'est produit dans un parc de loisirs est toujours entre la vie et la mort.
Son père est décédé dimanche de ses blessures.
On fait le point au lendemain de ce drame.

Le pronostic vital de la fillette est toujours engagé, au lendemain de l’accident au cours duquel celle-ci et son père ont été gravement blessés lorsqu’une structure gonflable a été emportée par le vent à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume. L’homme est décédé dimanche en fin de journée, a indiqué ce lundi le parquet de Draguignan.

"On était dans le jardin avec mes quatre amis, on a vu la structure s’envoler au-dessus des arbres. On est tout de suite sortis avec mes amis pour porter secours parce qu’il n’y avait pas encore les pompiers", raconte une voisine interrogée dans le reportage en tête d'article. "Les gens criaient, après on a vu un homme à terre, je ne savais pas qu’il y avait une petite fille à côté", se souvient une autre. Les témoins disent avoir vu la structure être soulevée à une dizaine de mètres de haut.

La mairie de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, commune du Var où a eu lieu l'accident, explique que la sécurité était la responsabilité du parc d'attractions, Wonderland Waterpark. "Ça relève de la responsabilité du gestionnaire de l'équipement. C'est comme quand vous avez des forains qui viennent s'installer : ils nous fournissent les documents qui prouvent qu'ils sont à jour, après on n'a pas à vérifier sur le terrain", explique Marie-Mathilde Moënard, la directrice des services de la commune.

Le vent soufflait peut-être plus fort que la limite autorisée

Pourtant, selon le gérant, l'installation respectait les normes de sécurité : "On les pose, on les gonfle, elles sont attachées, et voilà. Il y a des choses qu'on ne peut pas contrôler." Le procureur de Draguignan, Guy Bouchet, a indiqué que "le vent s'est levé et la structure a été mise à mal, donc ils (les gérants du parc) ont décidé de suspendre l'activité. C'est à ce moment-là que l'accident a eu lieu".

Le Var était en alerte rouge feux de forêt en raison de la reprise du vent, qui soufflait à environ 55 km/h dans cette partie du département, selon Météo France. C'est au-dessus de la limite autorisée pour les structures gonflables comme celle qui s'est envolée. "La limite par rapport à la norme, c'est 38 km/h, parce que vous avez une prise au vent qui est tellement importante qu'à un moment donné, vous ne pouvez pas continuer à ouvrir", explique Frédéric Desbois, fondateur de l'association nationale des exploitants des structures et animations gonflables. Une enquête a été ouverte pour blessures et homicides involontaires.


JB Charlotte Gerbelot, Nicolas Carme

Tout
TF1 Info