La disparition de Delphine Jubillar

VIDÉO - Affaire Jubillar : un an de mystère et un nouveau rebondissement

Léa Tintillier | Reportage R. Bey, A. Conil
Publié le 16 décembre 2021 à 10h20
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

ENQUÊTE HORS NORME - Cela fait maintenant un an que Delphine Jubillar a disparu. Alors que la nouvelle compagne de Cédric Jubillar, époux et principal suspect, est en garde à vue depuis mercredi matin, le 20h de TF1 retrace les 12 mois de travail des enquêteurs.

Le 16 décembre 2020, à 4h09 du matin, Cédric Jubillar appelle la gendarmerie : sa femme Delphine a disparu. Juste avant, il a envoyé un message aux amies de son épouse qui ont immédiatement des doutes. Cette disparition est tout de suite jugée inquiétante. Au domicile du couple, les gendarmes retrouvent les papiers d’identité de Delphine Jubillar, sa carte bancaire et sa voiture. Rien n’indique une disparition volontaire. 

Le visage de la jeune femme s’affiche alors partout dans Cagnac-les-Mines. Des recherches hors normes sont mises en place, avec 200 gendarmes qui ratissent les environs. Tout le village se mobilise pour retrouver la jeune infirmière. Cédric Jubillar participe lui aussi à la battue, mais se tient à l’écart et refuse de s’adresser aux médias. 

Le domicile du couple est perquisitionné, jusqu’aux murs sondés avec un radar. Dix kilomètres autour de la maison des Jubillar sont ratissés et 80 endroits fouillés dans toute la région. Aucune trace de la mère de famille n’est trouvée. 

Des menaces de mort à l’encontre de Delphine

L’enquête bascule dans le bureau des gendarmes. 500 personnes sont interrogées et toutes mises hors de cause. Tout semble converger vers un suspect. Six mois jour pour jour après la disparition, Cédric Jubillar est placé en garde à vue. 

Des proches ont raconté qu’il avait proféré des menaces de mort à l’encontre de son épouse. Le couple était en instance de divorce et la séparation se passait mal selon plusieurs témoins. Les indices graves et concordants s’accumulent, parmi lesquels les témoignages de deux voisines. "Une mère et sa fille, à 23 h 07 très précisément, vont entendre en direction du domicile de la famille Jubillar des cris stridents et de détresse d’une femme", affirmait le procureur de la République de Toulouse. 

Mis en examen pour le meurtre de sa femme, Cédric Jubillar clame son innocence. À ce jour, dix enquêteurs travaillent encore à temps plein sur cette affaire sans scène de crime, sans corps et sans aveux. 

La nouvelle compagne de Cédric Jubillar en garde à vue

Mais un nouveau rebondissement est survenu ce mercredi matin. Séverine, la nouvelle compagne de Cédric Jubillar est entendue par les gendarmes. Les juges d’instruction la soupçonnent de recel de cadavre. Pour l’avocat de Séverine, cela ne tient pas. 

Le 16 juin dernier, lors d’une première audition comme simple témoin, la jeune femme affirme avoir plaisanté avec Cédric Jubillar à propos de la disparition de son épouse : "Qu’est-ce que tu as fait du corps ?", "Je l’ai enterré à la ferme qui a brûlé". Quatre mois plus tard, elle déclarait que le principal suspect n’avait rien à voir avec la disparition de sa femme. 

Affaire Jubillar : la nouvelle compagne du mari en garde à vueSource : TF1 Info
JT Perso

Depuis l’incarcération de Cédric Jubillar, le couple correspond par lettres chaque semaine. Autant de courriers qui sont systématiquement relus par les enquêteurs. Pour les avocats du suspect, la garde à vue de Séverine n’est que pure stratégie. "C’est utilisé par les enquêteurs pour pressuriser celui dont on peut attendre des informations mais ce n’est pas forcément malheureusement la démonstration que l’on reproche quelque chose à celui qui est placé en garde à vue", déclare l’un des avocats dans la vidéo ci-dessus.  

Depuis le 18 juin, Cédric Jubillar est incarcéré et placé à l’isolement. Ses voisins de cellule ont aussi été entendus ce mercredi. Les enquêteurs veulent savoir si le suspect s’est confié à eux. Le fils de Séverine ainsi qu’un ami du suspect ont également été interrogés. 


Léa Tintillier | Reportage R. Bey, A. Conil