Il y a un an presque jour pour jour, Elisa Pilarski était retrouvée morte dans une forêt de l'Aisne. Le corps jeune femme de 29 ans présentait de nombreuses morsures. Les analyses ADN ont révélé mardi qu'elle a été tuée par le chien qu'elle promenait.

C'est la fin du mystère qui entoure depuis un an la mort atroce d'Elisa Pilarski. Cette femme de 29 ans, enceinte, est retrouvée morte dans une forêt de l'Aisne. Son corps portait de nombreuses traces de morsures. Seuls un ou plusieurs chiens présents sur le lieu du drame ont pu causer son décès. Mais qui des cinq chiens d'Elisa et de son compagnon ou des 21 chiens de meute de chasse à courre est coupable ?

Une première expertise prouve que la taille des morsures ne permet de mettre en cause qu'un seul chien, Curtis. Cet Amercan Pitbull Terrier appartient au compagnon d'Elisa Pilarski. Et ce mardi matin, le résultat des analyses ADN ne laisse plus de place au doute. Mais ces expertises rarissimes sur des animaux et à si grande échelle sont contestées par l'avocat de Christophe Ellul, compagnon d'Elisa Pilarski. Maitre Alexandre Novion dénonce que les méthodes appliquées à Curtis n'ont pas été utilisées sur les chiens de la meute de chasse à courre.

Curtis a été importé illégalement depuis les Pays-Bas. Le chien a été surtout dressé au mordant. Interdit en France, ce mode de dressage peut abolir toute capacité de contrôle ou de discernement de l'animal. Depuis son placement en chenille, Curtis a mordu et blessé une personne. Il est difficile d'imaginer les suites judiciaires de cette affaire. Mais une mise en examen de Christophe Ellul pour homicide involontaire ne peut pas être exclue.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info