Le 20h

"Cold cases" : 107 affaires non élucidées relancées, quels critères pour reprendre les investigations ?

TF1 | Reportage Julien Cressens, Sarah-Lou Cohen
Publié le 19 mai 2022 à 12h22, mis à jour le 19 mai 2022 à 12h34
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Un service spécial dédié aux affaires non élucidées a été ouvert il y a deux mois.
Une centaine de dossiers ont été retenus.
Que va-t-il se passer maintenant ?

C'est l'un des plus célèbres "cold cases" français. La disparition d'Estelle Mouzin. Aujourd'hui, il fait partie des 107 dossiers non résolus transmis à un nouveau pôle judiciaire chargé de résoudre ces énigmes. Parmi les centaines de cas recensés en France, les magistrats spécialisés ont dû choisir les dossiers sur des critères bien particuliers : "Le fait qu'on ait une mineure victime ; le fait qu'on ait une sérialité, c'est-à-dire plusieurs faits susceptibles d'être imputés à une même personne ; le fait également qu'à l'occasion de l'homicide par exemple il y ait eu des actes de torture ou de barbarie qui ait été commis", énumère dans le reportage de TF1 (en tête d'article) le procureur de Nanterre Pascal Prache.

L'affaire Frédéric Fauvet est l'un des prochains dossiers qui pourraient être instruits. Il y a 36 ans, ce jeune vigneron disparaît mystérieusement. Très vite, les soupçons se portent sur un homme, qui a été arrêté, jugé et finalement acquitté. Depuis, l'enquête piétine.

"Une grande technicité"

La reprise des investigations serait une bonne nouvelle pour l'avocate de la famille, Me Corinne Hermann. "On a besoin d'appliquer des techniques particulières pour des dossiers qui ont 20 ou 30 ans. Surtout, il y a vraiment besoin d'une grande technicité et d'une grande attention pour ce dossier", précise-t-elle, espérant "être entendue par ces nouveaux juges".

Autre motif d'espoir : la présence de Sabine Kheris, une magistrate très respectée, à la tête du nouveau pôle judiciaire. Comme on le voit dans la vidéo en tête d'article, elle s'est rendue sur les lieux où Michel Fourniret aurait enterré Estelle Mouzin. C'est cette juge qui avait obtenu ses aveux puis ceux de Monique Olivier après 17 ans de silence.


TF1 | Reportage Julien Cressens, Sarah-Lou Cohen

Tout
TF1 Info