Une maison a explosé dans l'Allier mercredi, entrainant la mort de la personne qui y résidait et blessant trois gendarmes.
Ces derniers étaient venus interpeller le suspect.
Retour sur ce que l'on sait de cet individu, défavorablement connu des services de police.

C'est un homme déjà lourdement condamné que des gendarmes étaient venus interpeler dans une commune de 400 habitants dans l'Allier, ce mercredi 15 mars. Finalement, l'arrivée des forces de l'ordre a été suivie de l'explosion de la maison où résidait le suspect, qui est décédé, en blessant trois des six personnes envoyées sur place. Une suite d'événements qui interroge sur les intentions de cet homme, décrit malgré tout comme quelqu'un de cordial par ses voisins.

Je ne m’attendais pas à une telle catastrophe
Nicole Coulange, maire (SE) de La Chapelle

Nommé Christophe Belon, cet homme âgé de 37 ans, ne semblait effectivement pas poser de problèmes particuliers dans le lieu-dit des Palissards où il s'était installé depuis deux ans. "Il s'est toujours très bien comporté dans la commune", témoignait Nicole Coulange, la maire de la commune de La Chapelle, où se trouve le lieu-dit. Le voisinage reconnaît néanmoins certaines fragilités. "Il était seul d'abord et ça ne nous a pas surpris. Moi, je pense qu'il aurait fallu qu'il soit soigné correctement", déclarait ainsi une voisine au micro de TF1.

"Je savais qu’il avait quand même des problèmes avec la justice, avec les forces de l’ordre, mais je ne m’attendais pas à une telle catastrophe", reconnaît par ailleurs la maire du village. Défavorablement connu des services de police d'après le procureur, il avait effectivement au moins 10 condamnations à son actif, selon des informations TF1/LCI, notamment liées à des délits sur la route, aux stupéfiants et à des violences sur personne dépositaire de l'autorité publique. 

Il portait d'ailleurs un bracelet électronique et devait être interpellé après avoir proféré des menaces de mort sur un agent du Service pénitentiaire d'insertion et de probation, car il était sous régime probatoire. "Attendait-il les gendarmes ? Avait-il prévu de se suicider en tuant des gendarmes ? Nous ignorons pour l'heure les circonstances exactes de cette explosion, mais il y avait a priori des odeurs d'essence (lors de l'explosion)", a précisé le procureur de la République de Cusset, Eric Neveu, à la suite de l'explosion de la maison, survenue peu avant 13 h 00.

"Cet individu avait proféré la veille des menaces à l’encontre d’une personne dépositaire de l’autorité publique relevant du ministère de la Justice. À leur arrivée sur place, les gendarmes interpellent le mis en cause et remarquent alors une très forte odeur d’essence. Une violente explosion s’ensuit, embrasant l’habitation", a indiqué de son côté la préfecture de l'Allier. Une enquête pour "tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique" a été confiée à la section de recherches de gendarmerie de Clermont-Ferrand.


A. Lo.

Tout
TF1 Info