La Norvège a autorisé l'extradition d'un des suspects de l'attentat mortel de la rue des Rosiers, en plein quartier juif de Paris en 1982. Un espoir pour les familles des victimes, 38 ans après les faits. L'auteur présumé est arrivé à Paris vendredi soir.

Lorsqu'il comparaît en septembre dernier, devant la justice norvégienne, Abou Zayed dit qu'il n'aime pas la France, qu'il ne veut pas aller en prison. À Oslo où il est arrivé en 1991, il circule librement et obtient la nationalité norvégienne. Des voisins décrivent un homme violent, proférant des insultes antisémites. Un mandat d'arrêt international est émis contre lui depuis des années. Mais il faut attendre hier pour que son extradition soit enclenchée. Abou Zayed est soupçonné d'avoir participé à l'attentat de la rue des Rosiers le 9 août 1982 dans le quartier juif historique de Paris. Dans ce restaurant, une grenade explose puis une fusillade. L'attentat a fait six morts et vingt-deux blessés. Mais jamais, aucun procès n'a été rendu possible.

Parmi les victimes, s'exprimant pour la première fois devant une caméra, Elisa. Elle était serveuse au moment des faits. 38 ans après, elle dit encore avoir peur et préfère rester anonyme. "Il y a des moments comme aujourd'hui par exemple, tout est arrivé. On a mal, on a envie de pleurer et tout. Le procès, il doit se faire parce que tous les crimes, il faut qu'ils soient payés...". Aujourd'hui, un procès est donc envisageable près de 40 ans après l'attentat. "Certains pays où se trouvent certains suspects se sont opposés à l'extradition de ces suspects. Et heureusement, la Norvège, aujourd'hui, extrade au moins un suspect. Il y aura un accusé dans le box, précise Maitre Avi Bitton, avocat de plusieurs victimes de l'attentat. Après avoir été entendu ce samedi matin par un juge antiterroriste, Abou Zayed, qui a toujours nié les faits, a été mis en examen pour assassinat et placé en détention provisoire.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info