VIDÉO - Squat de luxe : un couple d'escrocs a mené la vie de château pendant des mois

par V. F | Reportage TF1 : Maurine Bajac, Fabrice Maillard et Vincent Abellaneda
Publié le 28 janvier 2024 à 9h24

Source : JT 20h WE

Un couple, spécialisé dans le squat de demeures valant des millions d'euros, a été interpellé en fin de semaine.
Se faisant passer pour des personnalités importantes, ils arrivaient à convaincre les propriétaires d'occuper les lieux avant la signature de l'achat.
Ils devraient être jugés pour "escroquerie" le 29 février.

Ils ont voulu s'offrir la vie de château sans débourser un seul centime. D’une demeure de luxe à l’autre, ce couple d'escrocs a usé de la même technique. Ainsi, en mai 2023, à Émancé, dans les Yvelines, ils ont fait mine d'acheter le château de Sauvage, évalué à 11 millions d'euros. Pour ce faire, ils séduisent la propriétaire et assurent être très fortuné. Elle va alors les laisser s'installer avant même d'avoir signé l'acte d'achat. Même le voisinage s'est laissé berner et a accueilli ces nouveaux habitants sans sourciller. "Il a été très correct, très gentil, très courtois. Je n'aurais jamais soupçonné ce qui se passait", admet une riveraine dans le reportage de TF1 en tête de cet article.

Des meubles historiques vendus à des antiquaires

Quand la propriétaire comprend, il est déjà trop tard. Le château a été saccagé. Le préjudice de ces dégradations est évalué à 98.000 euros. Tandis qu'à l'intérieur, les meubles historiques ont été vendus à des antiquaires pour 500.000 euros. Un patrimoine disséminé, déplore Stéphanie Briolant, la maire de la commune. "On me disait qu'il y avait des véhicules qui passaient, qui rentraient, qui sortaient. Je ne peux qu'assister avec désarroi à ce désastre. Ça fait franchement mal au cœur", confie-t-elle par téléphone. Alerté en août 2023 par le propriétaire du château de Sauvage, le parquet ouvre une enquête. 

Les gendarmes de la section de recherches de Versailles découvrent alors que les deux escrocs n'en sont malheureusement pas à leur coup d'essai. En 2012, ils se font passer pour les collaborateurs de Stromae, comme en témoigne Jean-Raymond Legrand, l'ancien président du Valenciennes football club. "Il m'a dit : 'moi, si vous voulez, je vous fais venir Stromae à une ouverture de match'. D'ailleurs, il a signé un compromis d'un bâtiment toujours pour Stromae pour stocker son matériel, et tout ça, c'était que du mensonge. J'ai beaucoup de chance qu'on m'ait prévenu parce que je pense que c'est un vrai truand. Ça fait peur des gens comme ça, qui savent faire, parce que j'ai failli me faire avoir", admet-il. 

Après plusieurs mois, les gendarmes finissent par identifier le couple d'escroc : il s'agit de Michael B., 47 ans et Céline L., 41 ans, déjà connus pour des faits d'escroquerie. "Quand on retrouve leur trace et qu'on va les interpeller, ils sont sur l'île d'Oléron également dans une maison pour laquelle ils ont fait le même scénario. Ces personnes ont un don pour arriver à la manipulation d'autres personnes. Un véritable bagout professionnel, si j'ose dire", souligne le colonel Denis Hebinger, commandant de la section de recherches de Versailles.

Le couple sera jugé le 29 février prochain. Leur avocate n'a pas souhaité répondre à TF1. Aujourd'hui placés en détention provisoire, ils sont passés de la vie de château à la vie derrière les barreaux. 


V. F | Reportage TF1 : Maurine Bajac, Fabrice Maillard et Vincent Abellaneda

Tout
TF1 Info