Une bijouterie a été braquée ce week-end à Paris par des malfaiteurs repartis à moto.
Un mode opératoire qui rappelle deux autres affaires récentes, dont l’une s’est déroulée il y a un an, presque jour pour jour.
Les professionnels du secteur expriment leur profonde inquiétude auprès de TF1.

Il y a eu trois braquages à Paris, l’un ce samedi 18 mai, les deux autres il y a plusieurs mois. Des millions d’euros de bijoux ont été dérobés avec une même méthode : le braquage à la moto-bélier.

Ce qui est important pour nous, c'est qu'il y ait davantage de rondes de police.
Sandrine Marcot, présidente de l'Union bijouterie horlogerie

Ce samedi 18 mai, en plein jour, à deux pas des Champs-Élysées, une scène surréaliste s'est produite. Pendant que ses complices dévalisent la bijouterie, l’un des braqueurs, casqué et lourdement armé, fait le guet. Quelques secondes plus tard, il repère l’arrivée des forces de l'ordre et donne l'alerte. Aussitôt, les malfaiteurs s'enfuient. Ils viennent de voler plusieurs millions d’euros de bijoux à l’aide d’une moto-bélier. 

Le principe est simple. La moto sert à percuter la porte d’entrée de la boutique pour la forcer. Un mode opératoire de plus en plus prisé par les malfaiteurs rodés. "Ils ont préparé leur coup, leur arrivée, la commission des faits, la fuite. C'est une équipe bien rodée. Ils savent ce qu'ils font. Le bélier avec la moto, ce n'est pas anecdotique du tout", explique dans la vidéo du 20H de TF1 en tête de cet article, Yann Bastière, délégué national investigation (Syndicat UN1TE). 

Il y a un an déjà, la bijouterie Bulgari en était la cible. Six millions d’euros de bijoux ont été dérobés. Le même scénario s’est produit en 2022 dans une boutique Chanel. Une méthode redoutée par les bijoutiers qui demandent plus de sécurité. "Le souci, c'est comment peut-on éviter que des motos ou des véhicules s'approchent trop près de ce genre d'établissements, qu'il y ait peut-être des plots beaucoup plus resserrer, indique Sandrine Marcot, présidente de l'Union bijouterie horlogerie avant de conclure : "Ce qui est important pour nous, c'est qu'il y ait davantage de rondes de police." Les auteurs du braquage de ce samedi 18 mai, comme celui de Chanel et Bulgari, n’ont pas encore été interpellés.


La rédaction de TF1 | Reportage Jeanne Quancard, Georges Brenier, Marie Belot

Tout
TF1 Info