Le WE

VIDÉO - Le braquage du Carlton de Cannes, une énigme toujours irrésolue

Léa Tintillier | Reportage vidéo Thibaud Malandrin, Georges Brenier
Publié le 5 avril 2022 à 10h00
JT Perso

Source : JT 20h WE

Le 28 juillet 2013, des dizaines de bijoux de grande valeur étaient dérobés dans l'hôtel Carlton de Cannes, pour un préjudice record de 103 millions d’euros.
TF1 retrace ce cold case retentissant, alors que la police est toujours à la recherche du braqueur.

Près de 103 millions d’euros dérobés en seulement 27 secondes. En cet été 2013, une exposition est organisée par le bijoutier Leviev dans une salle de l’hôtel Carlton sur la Croisette, à Cannes. Peu de temps avant son ouverture, ce 28 juillet, trois vigiles vont chercher les bijoux au coffre-fort de la réception et les placent dans un sac. 

Ils passent derrière une verrière, sans savoir qu’ils sont observés depuis la rue par un homme armé au visage dissimulé par une casquette et un foulard. Pour lui, c’est le signal. Car avant d’être placés dans des vitrines protégées, les bijoux sont vulnérables. Le malfrat traverse la terrasse et entre par une porte-fenêtre étrangement déverrouillée, laissant penser à une complicité. À cette heure, l’exposition est fermée au public. 

Un braqueur peu expérimenté

La scène est filmée par une caméra de surveillance. Sur les images, le braqueur arrive par la droite. Il est visiblement peu expérimenté mais il braque son arme sur le vigile. "De notre point de vue, l’individu a quand même pris de sacrés risques, parce qu’on constate qu’au moment où il s’empare du sac, eh bien il va se retourner, il va constater qu’il y a des bijoux sur un présentoir et il va perdre deux trois secondes supplémentaires", analyse Laurent Martin de Frémont, délégué départemental du syndicat de l’unité SGP de police des Alpes-Maritimes, dans la vidéo du 20H de TF1 en tête de cet article. 

"Des individus chevronnés auraient pris le sac et seraient partis très rapidement. Lui prend le temps de se retourner et il prend le temps de placer manifestement des bijoux qui avaient été mis dans les présentoirs dans le sac. Il prend la fuite à un pas particulièrement raisonnable. On s’en étonne", poursuit-il.  

Les boutiques de luxe désormais mieux sécurisées

27 secondes et le bandit saute par une fenêtre. Il reste aujourd’hui introuvable. "Il y a peu d’indices, il y a peu de traces mais on continue à œuvrer sur cette enquête qui est vraiment difficile", reprend Laurent Martin de Frémont. 

Bagues, pendentifs, rivières de diamants… Au total, 72 pièces dont 34 d’exception ont été dérobées. Malgré la récompense d’un million d’euros promise par l’assureur en 2013, ces bijoux ont disparu. Si ce butin se révèle compliqué à écouler, ce n’est toutefois pas impossible. "C’est très difficile d’écouler des bijoux aussi signalés que cela. Simplement, dans un certain nombre d’affaires, on a vu qu’il y avait sur le marché du diamant des maillons faibles et des acteurs de ce marché qui étaient prêts à acheter de la marchandise volée", affirme Frédéric Ploquin, journaliste d’investigation et auteur du livre "Parrains et caïds"

Lire aussi

Depuis ce braquage, les boutiques de luxe de la Croisette sont mieux sécurisées. Les commerçants ont pu installer leurs propres caméras et des photos de suspects circulent parmi les 120 membres d’un comité de commerçants. "Les commerçants envoient la photo de l’individu suspect. Le commissariat juge s’il est suspect ou non. Et c’est le commissariat qui, après avoir jugé, va renvoyer la photo aux 120 boutiques", explique Jean-Pierre Venou, président du comité "Cannes sécurité prestige". Cette mesure se révèle efficace. Depuis 2013, le nombre de vols de bijoux sur la Croisette est en baisse. Le braquage du Carlton reste encore aujourd’hui le casse du siècle. 


Léa Tintillier | Reportage vidéo Thibaud Malandrin, Georges Brenier

Tout
TF1 Info