Après le meurtre de Lola, 12 ans, l'émotion et la polémique politique

VIDÉO - "C'est affreux, où vit-on ?" : après le meurtre de Lola à Paris, les riverains encore sous le choc

par La rédaction de TF1info | Reportage A. Bourdarias, B. Poiseuil, M. H. Astraudo
Publié le 18 octobre 2022 à 12h27
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le corps de Lola, 12 ans, a été découvert vendredi dernier à Paris.
Dans le quartier du 19e arrondissement où est survenu le drame, les habitants sont partagés entre effroi, incrédulité et horreur.
Le 20H de TF1 s'est rendu sur place.

Les centaines de fleurs, de bougies et les mots déposés témoignent de l'émotion suscitée par la disparition de Lola, 12 ans. La jeune fille vivait dans un immeuble du 19e arrondissement parisien, visible dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Trois jours après la découverte de son corps dans une malle à l’intérieur de sa résidence, ils étaient encore des centaines, lundi 17 octobre, à venir se recueillir. 

Un homme que nous avons rencontré, ému aux larmes, raconte que Lola était l’une des meilleures amies de sa fille. "Elle venait chez nous, à l'anniversaire de ma fille. (...) C'était une enfant comme les autres, adorable, timide, intelligente, elle travaillait très bien à l'école".

"Comment je ferai quand ma fille sera en âge d'aller au collège toute seule ?"

Dans la rue où habitait la jeune fille, presque tout le monde connaît sa famille, dont le père est le gardien de la résidence où ils habitent. Mais des habitants venus de tout le quartier s’y sont également rendus, bouleversés par cette disparition.

"Ça me fait mal pour la petite, c'aurait pu être ma petite fille, une voisine. C'est affreux, où vit-on ?", déplore, en larmes, une passante. Une autre ajoute : "Ça fait vraiment peur. J'ai pensé à mes enfants, je me suis demandé comment je ferai quand ma fille sera en âge d'aller au collège toute seule, pour être sûre qu'elle rentrera bien. Ça m'inquiète beaucoup".

Lire aussi

Après la découverte du corps sans vie de Lola, les enquêteurs de la Brigade criminelle ont rapidement retrouvé la trace de la principale suspecte, aperçue sur des images de vidéo-surveillance, vendredi après-midi dans la résidence. Il s’agit d’une femme de 24 ans, algérienne, en situation irrégulière et qui présentait un casier judiciaire vierge. Placée en garde à vue après son interpellation, samedi matin, elle a reconnu les faits à plusieurs reprises, avant de se rétracter. Elle a été placée en détention provisoire et mise en examen.


La rédaction de TF1info | Reportage A. Bourdarias, B. Poiseuil, M. H. Astraudo

Tout
TF1 Info