Depuis l'assassinat d'un jeune homme de 22 ans, mardi à Grande-Synthe, un climat délétère s'est installé dans certains quartiers.
La préfecture du Nord a décidé de renforcer la présence policière sur place.
D'autant que plusieurs personnes disent avoir été victimes de guets-apens ces derniers mois.

À Grande-Synthe, quatre jours après la mort de Philippe, 22 ans, sa famille en est sûre : le jeune homme était au mauvais endroit, au mauvais moment. Pour preuve, ses proches s'appuient sur un témoignage, celui d'un homme qui raconte avoir eu un rendez-vous avec une femme avec la même application de rencontre, le même soir que la victime. Le JT de TF1 l'a joint par téléphone. 

Voici sa version : "Je lui ai proposé des sous pour passer un moment avec elle. Et c'est à ce moment-là que je lui ai demandé de m'envoyer une photo et ça se voyait à des kilomètres que c'était une photo prise sur Google", raconte-t-il dans la vidéo ci-dessus. Sentant le piège, il ne se présentera pas au rendez-vous. "Cela aurait dû être moi normalement. Après, je sais pas si les agresseurs ne parlaient qu'à moi, qu'ils tendaient un piège qu'à moi, je ne pense pas", ajoute-t-il.

Un adolescent perturbé et en fugue

La justice vérifie ce témoignage. S'agit-il des mêmes agresseurs ? Avaient-ils tendu d'autres guets-apens ? Devant les enquêteurs, deux mineurs, mis en examen pour l'assassinat de Philippe, affirment s'être fait passer pour une adolescente et avoir vérifié l'identité de leur victime en l'appelant pour entendre son téléphone sonner. Ils s'affichaient tous les deux sur les réseaux sociaux. Connus des services de police, le premier, 14 ans, pour des faits de violence, le second pour des vols. 

Sa mère le décrit comme un adolescent perturbé et en fugue au moment des faits. "C'est qu'un gamin de quinze ans qui a vécu en foyer depuis sa naissance. Il m'a envoyé un message en me disant : 'maman, je ne rentre pas, j'ai plus envie de rentrer, je dors chez mes copains'. Il a été entraîné, il était chez son copain et du coup, il n'a pas eu d'autres choix que d'y aller", affirme-t-elle. Les policiers vont exploiter les téléphones des différents protagonistes et tenter de faire le lien avec d'autres guets-apens survenus ces dernières semaines dans la ville.

Pour ne rien simplifier à cette histoire, une autre agression est survenue dans la nuit de vendredi à samedi : le cousin de l'un des agresseurs présumés de Philippe a été retrouvé nu et inconscient après avoir été roué de coups. S'agit-il de représailles ? La préfecture a annoncé avoir renforcé les effectifs de police à Grande-Synthe. 


V. F | Reportage TF1 : Baptiste Guenais, Maurine Bajac et Jeanne Quancart

Tout
TF1 Info