Il aura fallu 36 heures de recherches, 300 militaires, des véhicules blindés, sept hélicoptères pour localiser et neutraliser l’homme retranché dans une forêt de Dordogne. Il a été blessé lors de son arrestation à la mi-journée.

La traque a pris fin grâce à l’appel à témoins. Une heure après sa diffusion, Terry Dupin, le fugitif de 29 ans, est localisé dans un village voisin du périmètre de recherche, à Condat-sur-Vizière. L’homme qui a donné l’alerte était en voiture lorsqu’à une intersection, comme surgit de nulle part, il croise le regard du forcené. Quelques minutes plus tard, le GIGN intervient. Terry Dupin est cerné mais refuse de se rendre. Il a ouvert le feu en premier, le GIGN a riposté. Le fugitif a été grièvement blessé.

Depuis son jardin, Jessica Maio a assisté à l’intervention. “On a retrouvé, quand même, ce monsieur en face de chez moi. Il avait juste à traverser et il était chez moi. Moi j’ai trois enfants. J’avais une fille qui était dans le terrain quand le GIGN est passé pour me dire de me confiner”, s’exprime la dame avec beaucoup d’émotions. Selon les gendarmes, Terry Dupin était dans une logique suicidaire. Ancien militaire, quatre fois condamné pour violences conjugales, il purgeait une peine de prison aménagée avec bracelet électronique dans cette maison, à 50 kilomètres du village de son ex-compagne et des leurs trois enfants.

Nous avons rencontré le dernier employeur de Terry Dupin. Encore sous le choc, elle n’avait jamais vu en lui un homme violent. “C’est quelqu’un qui n’a pas de bruit. Exemplaire dans son travail. Vraiment l’employé modèle. Son comportement n’aurait jamais présager quoi que ce soit. Encore maintenant, j’ai du mal à y croire”, affirme-t-elle. Aucun gendarme, aucun habitant n’a été blessé pendant ces 36 heures de traque. Le fugitif, lui, est toujours hospitalisé.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info