Le 20h

VIDÉO - Cherbourg : colère après la fusillade devant une aire de jeu

TF1 | Reportage Anaïs Lebranchu, Aurore Coulon
Publié le 31 mai 2022 à 13h08
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Une fusillade a fait deux blessés ce week-end à Cherbourg, près d’une aire de jeu pour enfants.
Le 20H de TF1 s'est rendu sur place : commerçants et habitants ont peur et expriment leur colère.

La fusillade s’est déroulée devant une aire de jeu pour enfants. En témoigne un impact de balle sur la vitrine d'un bureau de tabac. Sa gérante était dans sa boutique quand elle a entendu les tirs, samedi 28 mai à midi à Cherbourg. "J'ai dit à la cliente de fermer la porte et je me suis cachée derrière mon comptoir pour ne pas avoir une balle perdue", raconte-t-elle dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. 

Par peur de représailles, les autres commerçants de la place ne souhaitent pas s'exprimer à ce sujet. Certains ont confié leur envie de fermer leur commerce. Mercredi 25 mai, une première fusillade avait déjà eu lieu dans le quartier. Cela n’était pas arrivé depuis un an. "La prochaine fois, ça va être quoi ? Un gamin qui va être tué ? Ou une personne âgée ? Ou une personne qui va venir chercher son pain, ou son tabac, ou faire ses courses tranquillement", s'indigne une habitante de ce quartier. 

Un règlement de compte

L’échange de tirs de samedi dernier a fait deux blessés, dont le pronostic vital n’est pas engagé. L'enquête de police est toujours en cours, mais une piste est déjà privilégiée. "Il s’agirait d'un règlement de comptes suite au passage à tabac d’un homme qui a eu lieu quelques jours auparavant. Deux groupes de jeunes, la vingtaine d’années, sont en désaccord, probablement sur fond de trafic de drogue", selon une source policière.

Lire aussi

Des patrouilles de police font régulièrement le tour du quartier. Si beaucoup de parents ont renoncé à emmener leurs enfants à l’aire de jeu, certains continuent de venir, non sans inquiétude. Deux jeunes mamans qui préfèrent rester anonymes livrent leurs ressentis. "Ce qui fait peur, ce sont les balles perdues", confie l'une d'elles. "Nos enfants ne sont plus en sécurité dehors", ajoute l'autre. Malgré les récentes fusillades, les habitants essayent de continuer à vivre normalement. Des caméras de surveillance devraient être prochainement installées.


TF1 | Reportage Anaïs Lebranchu, Aurore Coulon

Tout
TF1 Info