VIDÉO - Complexe religieux controversé en Ardèche : le réséda, cette plante qui a fait stopper le chantier

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Séverine Agi, Eric Nappi
Publié le 8 novembre 2023 à 10h29

Source : JT 20h Semaine

La communauté catholique traditionaliste, à l'origine de la construction d'un immense complexe religieux dans un village ardéchois, fait face à une forte opposition des défenseurs de l'environnement.
Le 6 novembre, la justice a ordonné l'arrêt du chantier pour des raisons environnementales.

Des engins à l'arrêt, et une grue surveillée de près par les opposants à ce projet controversé. "Ça a été signifié hier soir, mais ce matin, ils ont quand même repris les travaux. Il a fallu faire venir un huissier pour leur dire d'arrêter tout", nous raconte Pierre Pantel, chargé de mission juridique de l'Association Nationale pour la Biodiversité. 

Le réséda met un arrêt aux travaux

L'origine des tensions ? Un centre d'accueil pour pèlerins avec une basilique de 50 m de haut à Saint-Pierre-de-Colombier que la Famille missionnaire de Notre-Dame-des-Neiges (FMND), une communauté catholique traditionaliste, veut faire construire.

Il y a trois semaines, à Saint-Pierre-de-Colombier, la situation dégénère entre religieux et militants écologistes. Après quatre années de batailles, les opposants ont obtenu une première victoire grâce à la présence sur le terrain d'une plante protégée, le réséda de Jacquin. "Le juge judiciaire, il a dit 'on a une plante protégée et il nous manque quelque chose, c'est l'analyse du risque que comporte ce projet comporte sur cette espèce-là'. Ça, on ne l'a pas, personne ne l'a. C'est ça qu'il faut et tant qu'ils ne l'ont pas produit, les travaux sont suspendus", explique Pierre Pantel.

La FMND n'a pas souhaité nous répondre. Mais elle affirme dans un communiqué qu'elle fera appel de cette décision, qu'elle juge infondée. En attendant, du côté des 400 habitants du village, le projet divise. "Ça a mis la guerre. Les gens avant étaient tous d'accord, on faisait des repas tous ensemble", déplore une habitante. "Je suis pour ce projet. C'est un pays qui est mort et ça ferait vire un peu le village. Ça ferait vivre les commerçants, les artisans", lance une autre.

La suspension vaut jusqu'à la réalisation d'une "évaluation du risque encouru par le réséda de Jacquin", selon le tribunal de Privas et l'avocat d'une association opposée au projet. Mais les opposants espèrent obtenir, à terme, le retrait définitif du permis de construire.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Séverine Agi, Eric Nappi

Tout
TF1 Info