Le 20h

Contrôles routiers : l’inquiétante progression des refus d’obtempérer

Publié le 4 octobre 2021 à 20h19
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Être blessé, parfois tué, par des conducteurs qui refusent d'obtempérer lors d'un simple contrôle routier fait désormais partie des risques du métier pour les policiers ou les gendarmes. Ces refus sont de plus en plus nombreux. Alors ils ont dû s'adapter.

À contre-sens sur l'autoroute, ce policier tente de rattraper un individu à scooter. Ce dernier a forcé un contrôle. Il sera finalement interpellé quelques kilomètres plus loin après un accrochage avec un autre automobiliste. Selon les policiers, les refus d'obtempérer se multiplient. Sur cette vidéo amateure, filmée il y a quelques jours à Tourcoing, un conducteur tente d'échapper à un contrôle. Pourchassé par les forces de l'ordre, il n'hésite pas à percuter la voiture des policiers. Ces délits de fuite ont parfois de graves conséquences pour les forces de l'ordre. Le 23 avril dernier, c'est lors d'un banal contrôle routier que ce gendarme a frôlé la mort. Après trois mois d'arrêt pour une fracture du genou et plusieurs contusions, il redouble de précaution. Il constate que les violences ne cessent de se multiplier.

En moyenne, un refus d'obtempérer a lieu toutes les 30 minutes, soit une quarantaine chaque jour. Face à ce risque, il y a désormais des formations. Dans cette école de police près de Lyon, on apprend aux futurs policiers à se positionner pour éviter d'être percutés en cas de délit de fuite. Pour renforcer la sécurité, la voiture des forces de l'ordre est positionnée en travers de la voie pour servir de bouclier. Posté à l'avant, un autre policier est équipé d'une herse. En cas de problème, il peut la jeter sous les roues des voitures. Tout est fait pour éviter les courses-poursuites, trop dangereuses. En cas de refus d'obtempérer, la peine encourue peut aller jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 7 500 euros d'amende.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info