Le 20h

VIDÉO - Crack à Paris : des enfants escortés par la police pour aller à l’école

V. Fauroux - Reportage vidéo : Ignacio Bornacin et Romain Reverdy
Publié le 8 décembre 2022 à 22h44
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Depuis plusieurs semaines, à Paris, des policiers escortent des écoliers sur le chemin de leur école maternelle et primaire.
Le dispositif a été mis en place pour éviter la rencontre entre les enfants et les nombreux vendeurs et consommateurs de crack installés dans le nord-est de la capitale.

La scène a de quoi surprendre. Depuis plusieurs semaines, dans le nord-est parisien, des parents accompagnés de leurs enfants, élèves de maternelle et de primaire, vont en classe sous escorte policière. Pour leur sécurité. "Moi, j'ai failli être agressée deux fois déjà sur ce chemin", se souvient une mère de famille, interrogée par le JT de 20H. Une autre estime que les policiers rassurent les mamans qui arrivent plus calmement à l'école. "Elles sont moins stressées, moins angoissées", dit-elle. 

C'est une situation qui est totalement indigne. Nous aussi, on interpelle l'État.

Kévin Havet, adjoint au maire du 18ᵉ arrondissement

En cause, les attroupements de toxicomanes que craignent les riverains. Dans la vidéo en tête de cet article, ils ont été filmés ce jeudi matin, seulement quelques minutes avant le passage des élèves. Ce chemin de 300 mètres qui longent le périphérique est le plus court pour rejoindre l'école. Sinon, il faut faire un détour de plusieurs minutes. Et il n'y a qu'un bus qui permette aux enfants d'être à l'heure.

Le crack existe depuis longtemps dans ce quartier de la capitale. Mais après le démantèlement d'un camp au mois de septembre, les toxicomanes se sont éparpillés. Plusieurs se sont retrouvés sur ce chemin. Et c'est pour répondre à la demande des parents d'élèves que la ville a mis en place cette escorte début novembre. "Ça pourra durer plusieurs mois, ça durera autant de temps que nécessaire. C'est une situation qui est totalement indigne. Nous aussi, on interpelle l'État. Il y a une réponse sécuritaire à mener. Aujourd'hui, on constate une montée en puissance et on la salue, mais il faut aussi insister sur la prise en charge sociale et sanitaire", explique Kévin Havet, adjoint au maire du 18ᵉ arrondissement.

Lire aussi

Les parents d'élèves souhaitent que les toxicomanes soient déplacés et qu'ils soient pris en charge. La présence policière permet de les éloigner, mais quelques minutes à peine après leur départ, certains reviennent. Ces deux derniers mois, 1 000 personnes, consommateurs ou dealers de crack, ont été interpellés dans la capitale.


V. Fauroux - Reportage vidéo : Ignacio Bornacin et Romain Reverdy

Tout
TF1 Info