Vidéo d'un policier frappant un homme menotté : la justice veut "déterminer l'exact déroulement des faits"

Youen Tanguy
Publié le 22 février 2017 à 8h06
Vidéo d'un policier frappant un homme menotté : la justice veut "déterminer l'exact déroulement des faits"

JUSTICE - Le parquet de Béziers a ouvert deux enquêtes, dont une a été confiée à l'IGPN, suite à la publication d'une vidéo publiée ce week-end montrant un policier municipal frapper un homme menotté en marge du carnaval de Vias, dans l'Hérault.

Après l'"affaire Théo", des nouvelles images d'éventuelles policières font polémique. Dans une vidéo postée ce week-end sur Facebook, et déjà vue près de 200.000 fois, on peut voir un policier municipal violenter un jeune homme à Vias, dans l'Hérault. 

Les faits se sont déroulés le 18 février dernier lors du carnaval de la commune. Les images, filmées depuis la fenêtre d'un appartement, montrent trois policiers municipaux encercler un jeune homme au sol, menotté. "T'habites où ?", lâche l'un d'eux avant de lui asséner deux coups-de-poing pendant qu'un second semble l'insulter. Selon Midi Libre, le frère du jeune homme a lui aussi été bousculé alors qu'il était accompagné au poste de police.

Le parquet de Béziers a ordonné deux enquêtes "afin de déterminer l'exact déroulement des faits et d'établir les éventuelles responsabilités". La première a été confiée à la gendarmerie et la seconde à l’IGPN, "la police des polices", pour les suspicions  de violences pouvant être imputées à un ou plusieurs policiers municipaux.

Selon Jordan Dartier, le maire de la commune cité par Midi Libre, "ces jeunes ont eu un comportement inadmissible". Il affirme que les jeunes interpellés ont frappé un policier municipal qui était à moto et lui ont arraché son casque. Des faits partiellement confirmés par le parquet de Béziers, qui indique qu'un policier municipal a été "sérieusement blessé".

Selon Midi Libre, un policier a bien été renversé à moto et qu'il s'est vu délivré 7 jours d'interruption temporaires de travail (ITT). De leur côté, les policiers vont eux aussi déposer plainte contre les mis en cause pour "insultes", "menaces" et refus d'obtempérer.

Le quotidien a interrogé le père des deux garçons, Max Church, qui reconnaît qu'"une bagarre" s'est déroulée et que ses fils y ont participé. En revanche selon lui, ils auraient "obtempéré" une fois les policiers arrivés. Une plainte devait être déposée auprès de la gendarmerie d'Agde ce lundi.


Youen Tanguy

Tout
TF1 Info