La Gironde ravagée par des incendies

REPORTAGE - "C'est affreux" : l’émotion des habitants qui ont tout perdu dans les incendies en Gironde

TF1 | Reportage E. Braem, C. Devaux
Publié le 10 août 2022 à 12h59, mis à jour le 10 août 2022 à 15h14
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Depuis mardi après-midi, le feu de Landiras, enterré depuis la mi-juillet, a repris avec vigueur.
Plus de 6000 personnes ont été évacuées et 1000 sapeurs-pompiers sont mobilisés.
Dans le 13h de TF1, les habitant d’un quartier de Belin-Béliet, en Gironde, évoquent leur désarroi face à cet incendie qui a ravagé 16 maisons de la commune.

"Cela fait tout drôle, cela fait 60 ans que j'habite ici, je connais tout le monde". Les larmes aux yeux, cette retraitée d'un quartier de la commune de Belin-Béliet ne peut que constater les dégâts. Pas moins de 16 maisons ont été détruites pas les flammes dans cette commune de Gironde, alors que l'incendie de Landiras, qui "s'était enterré" depuis la mi-juillet, a repris avec vigueur depuis mardi après-midi. Il a déjà détruit plus de 6000 hectares de forêt. 

Une situation qui place les autorités en alerte, notamment en raison des conditions météorologiques et des fortes chaleurs qui touchent la région. Une inquiétude partagée du côté des habitants, qui, complètement désabusés, ne savent plus que faire. 

Des résidents entre impuissance et désespoir

Dans le quartier touché par les flammes, l’odeur de brûlé a tout envahi et la chaleur est étouffante. Plusieurs granges et habitations ont été dévorées par le feu. "Malheureusement, on est impuissants, on voit le feu là-bas. Une maison, on met toute une vie pour la faire et en espérant qu'ils essayent de me la garder entière", explique Gaëtan Touvron l'un des habitants, ému. Il compte sur le travail des pompiers pour sauver sa maison et il n’est pas le seul. "Ils sont là pour nous protéger", explique un autre résident. Les soldats du feu se sont battus toute la nuit et après minuit, des équipes ont pris position autour de la zone pour protéger les maisons.

Pompiers et riverains luttent ainsi ensemble contre les flammes. Des particuliers effectuent des rondes pour s'assurer que tout le monde est parti. Car le brasier peut reprendre à tout moment. "C'est quasiment incontrôlable parce qu'il a arrêté, il y a eu un saut de feu, il a repris 200 mètres plus loin. C'est une catastrophe de voir ce paysage quasiment lunaire. C'est affreux", développe Christophe Gauvrit, conseiller municipal. 

Les habitants sont prêts à tout pour sauver leur maison. Même s’ils opposent aux flammes des moyens dérisoires, voire presque désespérés. L’un d’eux tente de repousser le brasier avec un simple tuyau d'arrosage. Une lutte de chaque instant qui a permis de sauver de nombreuses habitations à Belin-Béliet.

Un feu qui avance trop vite

Malgré les efforts déployés, ce feu avance vite, très vite. "Selon les estimations, on est entre 1 et 2 km, par heure au moins, et sur plusieurs axes", détaille Pierre Macé, président de la Défense de la forêt française contre les incendies d'Aquitaine. "Il est très violent." 

Lire aussi

La progression du feu est telle, que dans d’autres quartiers de la commune de Belin-Béliet, les évacuations se multiplient. "L’ordre, c'est d’évacuer d’urgence. On demande aux gens de prendre un minimum d’affaires et de partir", explique un gendarme. Sandra est venue récupérer sa maman de 84 ans à la halte. "On n’a pas trop dormi, on se pose beaucoup de questions". Une d’elle est de savoir où aller ? La plupart des évacués se rendent chez des amis le plus loin possible de la zone sinistrée. Au total, plus de la moitié des habitants de la commune a été évacuée depuis mardi soir. 


TF1 | Reportage E. Braem, C. Devaux

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info