Le 20h

ENQUÊTE - Drogue : le trafic passe aussi par les petits ports

TF1 | Reportage Julien Cressens, Séverine Fortin
Publié le 26 juillet 2022 à 18h48
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Les bateaux de plaisance peuvent parfois transporter des produits stupéfiants, et ce, même sans le savoir.
Alors les agents des douanes multiplient les opérations de contrôle sur les petits ports, comme ici, à Lorient (Bretagne).

Certains douaniers sont spécialement formés à la plongée pour inspecter les coques des navires. Cette fois-ci, à Lorient, leur cible est un cargo venu de l'Angleterre. Ils le suivent depuis des jours et trouvent son itinéraire suspect, notamment une pause inexpliquée de plusieurs heures en mer. Les recherches sur le navire n'ont, en tout cas, rien donné. Mais à six mètres de profondeur, un travail beaucoup plus complexe les attend. Ils doivent scruter dans les eaux troubles chacun des 120 mètres de coques. "Nos plongeurs peuvent détecter des anomalies, par exemple, un élément de cordage qui dépasse, des traces de manipulation des grilles", assure un douanier. Autant d'indices qui peuvent signaler la présence de produits stupéfiants dans la coque.

124 kilos saisis à La Rochelle

Lorient n'est pas une plaque tournante du trafic de drogue. Pourtant, la vigilance est maximale. En juin, un autre port sans histoire a connu sa première saisie de grande ampleur. Il s'agit de La Rochelle avec 124 kilos de cocaïne retrouvés sous un navire. D'habitude, ces prises d'envergure sont réalisées dans les grands ports comme Dunkerque ou Marseille. Mais étant donné que ces lieux sont de plus en plus surveillés, les dealers empruntent donc de nouvelles routes plus discrètes.

Lire aussi

"Les récentes saisies, notamment à La Rochelle, nous démontre que nous devons assurer une surveillance et une analyse de l'ensemble du trafic maritime, que ce soit de commerce, de pêche et surtout de plaisance", énumère le spécialiste interrogé dans la vidéo en tête d'article. Les douaniers connaissent par cœur les méthodes des trafiquants. Ils inspectent jusqu'à quinze navires par jour. Leur premier objectif : éviter que Lorient et d'autres petits ports ne se transforment en nouvelle autoroute de la drogue.


TF1 | Reportage Julien Cressens, Séverine Fortin

Tout
TF1 Info