Le 20h

ENQUÊTE - Dealers payés à la journée : qui sont ces nouveaux "intérimaires" du stup ?

Léa Tintillier | Reportage TF1 Baptiste Guénais, Pauline Lormant, Thierry Marquez
Publié le 17 novembre 2022 à 16h22, mis à jour le 18 novembre 2022 à 10h21
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Certains réseaux de trafiquants de drogue agissent désormais comme des agences d’intérim.
Qui sont ces petites mains recrutées sur une courte durée dans toute la France ?
Le 20H de TF1 a mené l'enquête.

"Nous recherchons un jobeur sérieux et carré. Bien payé. Que du temps plein. Fumette offerte." Ce type d'offre d’emploi se retrouve désormais sur les réseaux sociaux. Dans le viseur des trafiquants de drogue qui les postent : des petites mains âgées entre 12 et 20 ans. 

Des "intérimaires" du stup, comme les dénomme une note de la direction zonale de la police judiciaire (DZPJ) de l’ouest récemment dévoilée par Le Monde, qui travaillent à la journée : ils vendent du cannabis ou surveillent les entrées des quartiers pour prévenir en cas de passage de la police.

Depuis quelques semaines, Didier est ainsi guetteur dans les quartiers nord de Marseille. Originaire de région parisienne, il a travaillé sur les points de deal de Nantes avant de se rendre dans le sud. Il n’a pourtant aucune attache ici. "C’est une mission de dormir. On va devoir prendre des hôtels en ville, des hôtels à 20, 30 euros… Mais c’est compliqué parce qu’on finit à minuit. Tous les hôtels sont fermés, on se retrouve dans la galère jusqu’au lendemain. Je ne vous mens pas, si je pouvais faire autre chose, je le ferais tous les jours", assure Didier dans l'enquête du 20H de TF1 à retrouver en tête de cet article. 

Jusqu’à 400 euros par jour

Dans cette cité où les clients viennent en voiture se faire servir, ils sont une dizaine à "jober" comme ils disent. Ils sont payés tous les jours. Le montant varie en fonction du temps travaillé et du poste occupé. "Tu viens le matin, tu dis ‘je veux taffer’, soit tu guettes, soit tu vends, soit tu rabats… Y’a tout ! Vendeur, c’est 250 euros", explique un jeune de quinze ans. 

Le plus gros des forces vives provient de Paris et sa région. Dans le quartier des Yvelines où se rend ensuite l'équipe de TF1, beaucoup disent s’être déjà délocalisés. Amine, 18 ans, s’est rendu plusieurs fois à Nantes. D’abord, parce que le "salaire" y serait bien meilleure. "Les payes qu’ils proposent là-bas, c’est pas les mêmes qu’ici. Le premier jour, je suis arrivé, j’ai fait quelques ventes, j’ai pris 400 euros. Ici, tu ne peux pas prendre 400 euros", affirme Amine. 

Un réseau "complètement étanche"

Retour à Marseille, cette fois-ci en compagnie des policiers. Dans les quartiers nord, il y a une centaine de points de deal et un besoin de main d’œuvre permanent. Ces cités, le commissaire Sébastien Lautard les connaît par cœur, jusqu’à la position des guetteurs sur les toits. "Ils communiquent par talkie-walkie avec les effectifs qu’ils ont au sol", explique-t-il. 

Depuis cinq ans, les policiers interpellent de plus en plus de ces jeunes nomades du stup. Et parfois, il leur arrive même de les sortir des griffes des réseaux. "Ce réseau-là, il y a quelques mois en arrière, on a délivré deux mineurs qui n’étaient pas de la région de Marseille, qui étaient séquestrés dans un appartement et qui, la nuit, ont essayé de s’enfuir en sautant de l’appartement où ils étaient séquestrés, violentés et même violés", reprend le commissaire. 

Lire aussi

La violence est utilisée pour soumettre les employés et les faire travailler gratuitement. Faire venir des jeunes sans attache locale a un autre avantage. "Ils ont rendu complètement étanche le réseau. Le vendeur ou le guetteur ne sait pas pour qui il travaille. On évite de se faire entre guillemets dénoncer ou balancer par la petite main qui a été interpellée", ajoute Sébastien Lautard. Une preuve, selon les policiers, de la professionnalisation croissante des réseaux. En France, le trafic de drogue génère chaque année entre deux et quatre milliards d’euros. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Baptiste Guénais, Pauline Lormant, Thierry Marquez

Tout
TF1 Info